Sommaire de l’étude de l’université McGill sur les UVGI publiée dans le journal médical The Lancet (2003)

Sommaire de l’étude de l’université McGill sur les UVGI publiée dans le journal médical The Lancet (2003).

Figure 1.
Conditions environnementales : Mesures de bactéries et des endotoxines dans les conduits de ventilation.
Des coupons d’échantillonnage stériles ont été installés sur différents composants du système de ventilation : sur les serpentins de refroidissement et les bacs d’égouttement (exposés aux UV lorsqu’allumés), et sur les filtres (non exposés aux UV). Pour le décompte des bactéries, les coupons furent enlevés et placés dans des boîtes de Petri, le côté exposé vers le bas, qui ont ensuite été incubés. Pour les mesures d’endotoxines, les coupons ont été grattés avec une spatule stérile, puis les échantillons ont été collectés, élués et les niveaux d’endotoxines ont été mesurés dans des conditions standards de laboratoire (Test LAL, protocole KLARE). Les données sont présentées en fonction du nombre de colonies bactériennes (CFU, colony forming unit) par coupon qui s’est formé dans les boîtes de Petri, et la moyenne d’endotoxines mesurée (EU, endotoxin units) (n=4).

Figure 2.
Identification des cultures de microorganismes obtenus à partir des coupons d’échantillonnage.
Suivant le protocole précédemment décrit à la Figure 1, un échantillon de chacune des boîtes de Petri a été prélevé et ensuite incubé pendant une semaine. Par la suite, les colonies de microorganismes ont été isolées, différenciées et comptées avec un stéréo-microscope. Des colonies représentatives de chaque type de microorganisme ont été sélectionnées afin d’identifier les espèces, soit directement soit par culture subséquente sur des médias sélectifs. Puis, les espèces ont été identifiées à l’aide de manuels ou protocoles standards. Les données sont présentées en fonction du le moyen de colonies de microorganismes (en CFU, colony forming unit) provenant de chaque coupon.

Figure 3.
Symptômes liés au travail rapportés par du personnel de bureau.
Des systèmes de désinfection aux UV germicides (UVGI) ont été installés dans les systèmes de ventilation de 3 immeubles de bureaux, de façon à irradier les serpentins de refroidissement et les bacs d’égouttement. Aucun des édifices sélectionnés n’avait préalablement eu de problèmes de maladies liées aux bâtiments. Tout le personnel des immeubles étaient éligibles pour participer à l’étude. Lors de la dernière semaine précédant l’allumage des systèmes UVGI, des questionnaires ont été remis aux participants portant sur des questions démographiques, ainsi que des informations médicales, personnelles et liées au travail. Lors de l’étude, les systèmes UV étaient allumés (pendant une période de 4 semaines consécutives) puis éteints (pendant 12 semaines consécutives), tandis que les autres paramètres des systèmes de ventilation (humidité, chauffage, climatisation, recirculation, etc.) étaient inaffectés. Chaque participant de l’étude a répondu à un maximum de 6 questionnaires (suivant les cycles ON/OFF des systèmes UVGI). Les participants et le personnel de recherche qui distribuaient les questionnaires connaissaient le but de l’étude, mais n’étaient pas informés quant au statut des lampes (ON/OFF). Les résultats sont présentés en fonction du nombre de symptômes rapportés par les participants dans les questionnaires donnés. Les réponses de chacun des essais étaient traitées comme des observations indépendantes.

Vous souhaitez lire l’étude complète :

Stériliser les surfaces par les UV : l’exemple du virus Ebola

Stériliser les surfaces par les UV : l’exemple du virus Ebola

Après le premier cas d’un patient atteint du virus Ebola (EVD) aux États-Unis et ceux de professionnels de santé, Sanuvox Technologies a reçu de nombreuses demandes relatives à l’efficacité de la stérilisation des surfaces par les UV contre ce virus, particulièrement dans les chambres des patients, les salles d’opération ou toutes autres espaces où la stérilisation de surface serait nécessaire.

Le système de stérilisation aux UV ASEPT.2X de Savuvox utilise deux tours interconnectées pour livrer une dose exceptionnellement puissante d’UV-C capable d’éliminer en un seul traitement le plus résistant des virus ou des bactéries. Testé en laboratoire, le système s’avère très efficace pour stériliser à l’aide les UV-C les surfaces fréquemment contaminées par de micro-organismes résistants, tels que SARM, ERV et C.difficile et ce jusqu’à 99.9999%. Le cycle d’opération ne dure que 5 minutes dans une chambre standard.

Quoique jamais testé directement contre le virus Ebola, le système Sanuvox a été démontré contre de nombreux autres pathogènes qui demandent une dose de stérilisation UV beaucoup plus grande que la dose UV-C relativement faible que requiert l’élimination du virus Ebola.

La stérilisation aux UV-C (254nm) est utilisée depuis des décennies dans les hôpitaux, ainsi que dans le traitement des eaux municipales. Plus récemment, des unités UV mobiles ont été utilisées en fin de cycle de nettoyage pour stériliser les chambres de patients. Néanmoins, ce que l’UV « n’éclaire » pas constitue une des limitations de cette technologie de stérilisation. Aussi, les zones d’ombres non soumises au rayonnement restent contaminées. Ceci peut inclure des zones hautement exposées, telles que les côtés du lit amovible ou les barrières, les tables, les télécommandes ou les boutons d’alarme. C’est pourquoi les systèmes conventionnels de stérilisation aux UV ne comportant qu’une seule unité doivent être repositionnés plusieurs fois dans une même chambre, afin d’exposer toutes les surfaces au rayonnement. Ce faisant, on augmente considérablement la durée du traitement et le temps des ressources affectées à déplacer l’équipement et à préparer la chambre pour les expositions successives.

Le système aux UV ASEPT.2X a été testé avec succès par les laboratoires ATS au Minnesota (États-Unis) et a démontré un taux de stérilisation de 99,9999% sur le SRAM, ERV et C.difficile en moins de 5 minutes. La commercialisation de ce système mobile comporte plusieurs exclusivités : un total de 8 détecteurs de mouvement aux infrarouges opérant sur 360 degrés sur chacune des unités, protégeant ainsi instantanément quiconque s’introduirait dans la chambre pendant le cycle de stérilisation ; une communication WIFI sécurisée entre les deux unités, offrant supervision et contrôle à distance à l’aide d’une tablette ou d’un téléphone intelligent ayant ces capacités de connexion.

Selon le Dr. Normand Brais Ph.D. et vice-président de Sanuvox Technologies, « l’énergie UV-C germicide est très efficace pour désactiver les pathogènes lorsqu’on fournit la dose appropriée. Le système ASEPT.2X est donc conçu pour produire en un seul cycle une très forte dose d’énergie ultraviolette dans une zone inoccupée procurant en quelques minutes une stérilisation qui atteint les 6 logs ».

Autres articles qui pourraient vous intéresser :