Centre de distribution alimentaire, Juin 2018

Le cas

Contrôler les odeurs dans la salle d’entreposage des oignons d’un centre de distribution alimentaire pour une chaîne de magasins d’épicerie.

Le problème

Afin d’empêcher que les odeurs d’oignon ne contaminent les fruits et légumes entreposés dans des pièces adjacentes, la salle d’entreposage des oignons est gardée à une pression négative utilisant un ventilateur d’évacuation de 3 000 pcm.
Le client avait deux objectifs principaux :

1. Contrôler les odeurs d’oignon
2. Diminuer la quantité d’air expulsé, afin de réduire le coût associé à une ventilation d’appoint

La solution personnalisée de Sanuvox

Sanuvox a installé deux unités IL30-X en amont du serpentin de refroidissement dans un système de traitement de l’air de 7 000 pcm afin de photo-oxyder les odeurs d’oignon.

Conclusion

Les odeurs d’oignon ont été considérablement réduites, et l’air expulsé a diminué de 40% à 1 800 pcm. Les économies d’énergie du fait de la réduction de l’air expulsé sont équivalentes à 3 tonnes de refroidissement.

Usine de plastique et polystyrène, Octobre 2017

Le cas

Enlever les odeurs d’une usine qui tranche du plastique et du polystyrène usagés, qui sont ensuite transformés en plaques et utilisés comme revêtement pour des poses de gazon artificiel.

Le problème

Au cours du découpage du plastique et du polystyrène, de l’ammoniac est produit. Aussi, le fabriquant devait ventiler l’endroit afin de se débarrasser de l’odeur d’ammoniac. En hiver, cela voulait dire avoir deux unités d’air d’appoint pour maintenir la température intérieure.

Usine de plastique et de polystyrène

Unité de purification d’air aux UV Quattro

La solution personnalisée de Sanuvox

Sanuvox a intégré une unité de traitement de l’air et un QUATTRO-GX4 afin d’éliminer les odeurs, ce qui a permis d’éviter l’installation d’un système d’air d’appoint.

Conclusion

Le fabriquant a économisé 20 000$ en frais de chauffage supplémentaire.

Oxford Property, 2017

Le cas

Éliminer les odeurs d’égouts et d’eaux usées dans un immeuble d’Oxford Property à Toronto.

Le problème

Le propriétaire de l’immeuble devait pomper les égouts et les eaux usées jusqu’à 40 pieds, afin de répondre aux exigences d’infrastructures de la ville. Les odeurs de la salle d’ordures se répandaient dans le garage, et étaient ainsi aspirées par la cage
d’ascenseur jusqu’aux étages des appartements. Il fallait construire un système de conduits afin de ventiler depuis le garage jusqu’au 30ème étage à un coût de 300 000$ pour que ce soit efficace.

Salle d’ordures type

Unité de suppression des odeurs Sanuvair® S300 OZD

La solution personnalisée de Sanuvox

Sanuvox a installé un SANUVAIR® S300 OZD dans la zone concernée, accompagné d’un contrôleur d’hydroxyles qui réagit automatiquement à une concentration de 0,025 ppm.

Cette unité de suppression des odeurs a été capable de recirculer l’air en continu devant les lampes UVC et UVV, ayant comme résultat de prévenir la prolifération bactérienne et de réduire les odeurs de décomposition.

Conclusion

Ce problème d’odeurs a été résolu en une journée, et le client a dépensé 7 000$ contre 300 000$.

Réduire les odeurs dans les salles de déchets

Réduire les odeurs dans les salles de déchets

Commerces, hôtels, condominiums et autres bâtiments sont souvent aux prises avec des odeurs désagréables qui s’échappent de leurs salles à ordures. Parfois même, ces odeurs se retrouvent dispersées dans le bâtiment par les cages d’ascenseurs ou par le système de ventilation.

Différents systèmes autonomes peuvent être utilisés pour éliminer les problèmes de prolifération bactérienne et réduire les odeurs chimiques et biologiques. L’objectif consiste à faire rapidement circuler l’air de la pièce devant les UV-C qui détruiront l’ADN des bactéries, ainsi que devant les UV-V qui oxyderont les molécules chimiques de putréfaction, tout en minimisant l’ozone résiduelle.

APPAREIL À RÉGLAGE MANUEL

Le Sanuvair® S600 :
Ce purificateur d’air UV autonome comprend une soufflante variable de 300 à 600 pcm, un préfiltre lavable en aluminium maillé pour capter les particules et 3 lampes UV-V oxydantes. Selon les besoins du client, une, deux ou trois lampes UV-V de 6,5 pouces en U sont allumées.

Dimensions maximales de la pièce à traiter : 8 000 pieds cubes.

Installation suggérée du Sanuvair® S600 :

ÉQUIPEMENT DE RÉGLAGE AUTOMATIQUE

Le Sanuvair® S300 OZD :
Ce purificateur d’air UV autonome comprend une soufflante à deux vitesses de 220/300 pcm, un préfiltre plissé de 2 pouces pour capturer les particules, une lampe en ‘J’ de 10,5 pouces UVC / UVV, et une lampe en ‘J’ de 10,5 pouces UV-V oxydante reliée par un câblage de 20 pieds à un contrôleur d’ozone réglé à 0,025 ppm. Le contrôleur échantillonnera l’air toutes les minutes et déclenchera la lampe UV-V si le seuil de 0,025 est atteint. Deux préfiltres de rechange sont également inclus.

Dimensions maximales de la pièce à traiter : 3 000 pieds cubes.

Installation suggérée du Sanuvair® S300 OZD :

Capture

Le Sanuvair® S1000 OZD :
Ce purificateur d’air UV autonome comprend une soufflante de 1 000 pcm, 2 préfiltres de 1 pouce pour capturer les particules, une lampe en ‘J’ de 16 pouces UVC / UVV, et une lampe en ‘J’ de 16 pouces UV-V oxydante reliée par un câblage de 20 pieds à un contrôleur d’ozone réglé à 0,025 ppm. Le contrôleur échantillonnera l’air toutes les minutes et déclenchera la lampe UV-V si le seuil de 0,025 est atteint.

Dimensions maximales de la pièce à traiter : 10 000 pieds cubes.

Installation suggérée du Sanuvair® S1000 OZD :

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

Suppression des odeurs de fumée de tabac ambiante

Suppression des odeurs de fumée de tabac ambiante

Par Normand Brais, P.Eng., M.A.Sc., Ph.D.

INTRODUCTION

Il est particulièrement difficile d’éliminer les particules de fumée de tabac, non pas à cause de leur petite taille (0,1 à 1 micron), mais parce qu’elles sont recouvertes de goudron, de nicotine, de phénols et de nombreux autres composés odorants. Ils peuvent rester en suspension dans l’air pendant des heures après l’arrêt du tabac.

En raison de leur revêtement en aérosol, les particules de fumée de tabac ne sont pas sèches, mais plutôt collantes, et obstrueront inévitablement la surface de tout type de filtres à air, ce qui les rend rapidement inefficaces et exclut la solution de filtration simple. Leur caractère collant fait que les particules de fumée s’accrochent aux murs, aux tapis, aux tissus et aux vêtements, imprégnant ainsi l’environnement d’une odeur désagréable et durable.

Cet article décrit ces défis techniques et explore d’un point de vue fondamental l’utilisation appropriée du procédé de photooxydation par ultraviolets comme solution pour éliminer les odeurs causées par la fumée de tabac ambiante.

COMPOSITION DE LA FUMÉE DE CIGARETTE

Des études ont montré que la fumée de cigarette contient plus de 3 800 composés chimiques. Certains de ces composés sont présentés dans le tableau 1 ci-dessous. Les aérosols de fumée de cigarette sont essentiellement des gaz condensables résultant d’une combustion incomplète. La combustion étant un processus d’oxydation, ces aérosols peuvent être rendus moins collants et transformés en cendres sèches en complétant leur oxydation. Leurs odeurs disparaîtraient même si elles pouvaient être complètement oxydées en vapeur d’eau et en dioxyde de carbone, composés inodores. Si l’on pouvait attirer le nuage de fumée directement dans la chambre de combustion d’un incinérateur industriel à 850°C pendant deux secondes, le cocktail de molécules odorantes figurant dans le tableau 1 serait complètement oxydé et par conséquent sans odeur. Bien que cela fonctionnerait parfaitement, cette solution n’est évidemment pas rentable.

 

Tableau 1. Composition chimique de la fumée de cigarette

Durée de la production de fumée (sec)20 sec550 sec
Caractéristiques ou composition
Fumée principale
Fumée secondaire
Particules (nombre par cigarette)1.05E+123.50E+12
a) Particules solides et aérosols
(mg/cigarette)(mg/cigarette)
Goudron20.8044.10
Nicotine0.921.69
Benzo (a) pyrène3.50E-051.35E-04
Pyrène2.70E-041.01E-03
Fluoranthène2.72E-041.26E-03
Benzo (a) fluorène1.84E-047.51E-04
Benzo (b/c) fluorène6.90E-052.51E-04
Chrysène, benz (a) anthracène1.91E-041.22E-03
Benzo (b,k,j) fluorenthrène4.90E-052.60E-04
Benzo (e) pyrène2.50E-051.35E-04
Perylène9.00E-063.90E-05
Dibenz (a,j) anthracène1.10E-054.10E-05
Dibenz (a,h) anthracène, idéno-(2,3) pyrène3.10E-051.04E-04
Benzo (g,h,i) pérylène3.90E-059.80E-05
Anthanthrène2.20E-053.90E-05
Phénols (total)2.28E-016.03E-01
Cadmium1.25E-044.50E-04
Polonium 210, pCi7.00E-021.30E-01
b) Gaz et vapeurs
(mg/cigarette)(mg/cigarette)
Eau7.50298.00
Monoxyde de carbon18.3086.30
Ammoniac0.167.40
Dioxyde de carbone63.5079.50
NOx0.0140.051
Cyanure d’hydrogène0.2400.160
Acroléine0.0840.000
Formaldéhyde0.0001.440
Toluène0.1080.600
Acétone0.5781.450

Source : « Introduction to indoor air quality: a reference manual, EPA/40013-91/003 »

 

FILTRATION DE L’AIR ET LIMITES DE L’IONISATION CONTRE LA FUMÉE DE TABAC

L’analyse du tableau 1 montre que la filtration seule ne peut pas traiter les aérosols de fumée de cigarette. L’expérience a montré que les particules de très petite taille, inférieure au micron, nécessitent des filtres HEPA coûteux, qui se recouvrent de goudron et se bouchent par conséquent très rapidement.

Outre la filtration classique, il existe un autre moyen bien connu d’éliminer les particules submicroniques de l’air. Les filtres à air électrostatiques, également appelés ioniseurs d’air, ont cette capacité. Au lieu de capturer mécaniquement les particules comme des filtres classiques, le principe de la filtration électrostatique ou électronique consiste à charger électriquement les particules afin qu’elles migrent sous l’effet de forces électriques vers les surfaces voisines. Le même effet est obtenu en frottant un ballon sur une chevelure, puis en le collant à un mur. Au bout d’un certain temps, le ballon perd sa charge et retombe sur le sol.

Beaucoup de «mangeurs de fumée» utilisent le principe électrostatique pour collecter les particules de fumée sur des plaques métalliques. L’effet des ioniseurs sur les particules de fumée dans l’air est le même, à l’exception du fait qu’ils n’ont pas de plaque collectrice et que les particules chargées finissent ainsi par coller sur les murs et les surfaces de la pièce. Il est à noter que, puisque les particules de cigarette sont collantes avec du goudron, elles recouvriront toutes les surfaces de la pièce avec une odeur de goudron jaune-brun.

Les expériences avec des ioniseurs sur de petits volumes, comme un pot, sont assez concluantes : les particules de fumée d’une cigarette peuvent être facilement dispersées vers les parois du pot en 15 à 20 secondes. Toutefois, lorsque vous répétez la même expérience sur un volume plus important, comme dans une pièce de 3 m x 3 m x 3 m, le temps nécessaire pour purifier l’air de la même quantité de fumée peut atteindre plusieurs heures !

L’explication de cette perte d’efficacité lorsque la taille de la pièce augmente est enracinée dans la physique fondamentale des forces électrostatiques : la loi de Coulomb, qui stipule que les forces électriques entre les particules chargées diminuent avec le carré de leur distance. La loi de Coulomb implique que, lorsque la distance est doublée, la force électrique est réduite d’un facteur 4. En comparant les forces électriques du petit pot, où les particules se trouvent à moins de quelques centimètres les unes des autres, de celles d’un mur d’une pièce de quelques mètres de large, les forces électrostatiques responsables de la dispersion des particules de fumée sont réduites au carré du rapport de 1 mètre à 1 centimètre soit le carré de 100 ou 10 000 fois moins de force électrique !

Ceci explique fondamentalement pourquoi une expérience basée sur la suppression du même nombre de particules de fumée dans une pièce de taille normale prend plusieurs heures (plus de 10 000 secondes), alors que les anciennes vidéos de démonstration réalisées avec un pot de la taille d’une main prennent quelques secondes. Non seulement l’ionisation à l’air ne supprime pas les odeurs dues aux effets de revêtement du goudron sur les surfaces et les murs, mais leurs actions électrostatiques sont beaucoup trop lentes pour avoir un effet nettoyant important, sauf dans un petit pot. En plus de leur inefficacité, le fait que les surfaces des pièces deviennent gommeuses au fur et à mesure qu’elles accumulent les particules de goudron chargées électriquement, au lieu d’utiliser des plaques de capture internes nettoyables comme dans toutes les unités de traitement de la fumée électrostatiques, les ioniseurs d’air sont en fait une version mal conçue de mangeur de fumée électrostatique et une mauvaise idée générale.

EFFET DE LA LUMIÈRE ULTRAVIOLETTE SUR LA FUMÉE DE CIGARETTE

Lorsque les photons de lumière ultraviolets UV-C frappent une molécule de goudron ou de nicotine, ils transportent suffisamment d’énergie pour rompre les liaisons chimiques interatomiques et briser la molécule en plusieurs molécules plus petites. L’énergie des photons UV germicides à la longueur d’onde de 254 nm est de 470 kJ/mol, une énergie supérieure à celle de toutes les liaisons chimiques énumérées dans le tableau 2. En comparaison, la lumière visible d’une longueur d’onde moyenne de 550 nm a une énergie de photons de seulement 217 kJ/mol.

Il est donc tout à fait clair que certaines liaisons au sein des molécules de goudron, de nicotine et de phénols dans la fumée peuvent être décomposées par irradiation UV-C mais pas par la lumière visible.

 

Tableau 2. Force des liaisons chimiques4

Liaisons chimiques
Énergie moyenne des liaisons chimiques (kJ/mol)
C – C347
C – H413
C – N305
C – O358
C – S259
 N – H391

Par conséquent, les liaisons chimiques entre les atomes de carbone et les atomes d’hydrogène, d’azote, d’oxygène et de soufre seront décomposées par les photons ultraviolets UVC, résultant en des fragments brisés de molécules. Suite à ce processus, les molécules brisées peuvent maintenant être oxydées davantage pour achever leur combustion et réduire leur potentiel olfactif.

Cette oxydation peut être accomplie en utilisant un ultraviolet de plus haute énergie d’une longueur d’onde de 185 nm appelée UVV, où le deuxième V représente Vacuum. Les photons UVV ont une énergie de 645 kJ/mol, mais ne peuvent pas se propager dans le vide car la molécule de dioxygène dans l’air l’absorbe et se décompose en oxygène monoatomique. À la pression atmosphérique normale, les photons UVV sont presque totalement absorbés à moins de 5 mm d’une source UVV standard d’une lampe à quartz au mercure. Ces atomes d’oxygène libres générés par la lumière UVV sont alors capables de réagir et de compléter l’oxydation des molécules de goudron, de nicotine et de phénols décomposées.

Les produits finaux de ce processus de photo-oxydation sont alors des particules de cendres sèches non collantes qui peuvent maintenant être capturées par des filtres standard adéquats. De cette façon, les odeurs sont éliminées par le processus d’oxydation et les particules sèches résultantes sont éliminées par filtration.

Le dimensionnement approprié pour éviter de surdimensionner le système de photooxydation est de la plus haute importance. En l’absence de réaction, les atomes d’oxygène O* générés par les UVV* réagissent avec les molécules de dioxygène O2 pour produire de l’ozone O3, un autre composé indésirable. L’ozone n’est pas une molécule stable et se décompose naturellement en dioxygène normal à la température ambiante dans les 20 à 30 minutes suivant l’humidité relative. La limite OSHA pour une exposition de 8 heures est de 0,05 ppm d’ozone. Étant donné que le taux de génération et le taux de décomposition de l’ozone en l’absence de fumée ou d’autres contaminants volatils dans une pièce de taille donnée à une température ambiante, ainsi que les taux de ventilation, peuvent tous être calculés correctement, il est possible de dimensionner un système de photooxydation par ultraviolets qui ne dépassera jamais la limite de sécurité OSHA.

CONCLUSION

Cet article a décrit en détail la nature et la composition de la fumée de cigarette et les inconvénients inhérents à la filtration classique et aux filtres électrostatiques ou aux ioniseurs d’air. De nombreuses années d’études expérimentales fondées sur des calculs basés sur la composition chimique de la fumée de cigarette montrent que l’odeur de la fumée de cigarette ne peut être éliminée sans modifier la structure des molécules responsables des odeurs, qui sont essentiellement le goudron, la nicotine et les phénols. Outre l’incinération thermique, la photooxydation par ultraviolets s’est révélée être le moyen le plus efficace d’y parvenir en dégradant et en oxydant ces molécules. Leur oxydation rend les particules de fumée sèches et non collantes, ce qui en fait des candidats acceptables pour la filtration standard. Il faut prendre soin de bien concevoir le système de photooxydation par ultraviolets en ce qui concerne la taille de la pièce et les taux de ventilation, afin de maintenir l’ozone résiduel potentiel dans les limites de l’OSHA, lorsque la pièce traitée ne contient plus de fumée de tabac.

REMERCIEMENTS

L’auteur est reconnaissant à Francisco Doyon P.Eng. et Grégory Clément P.Eng. d’avoir partagé leurs données expérimentales sur l’effet des ioniseurs d’air sur la fumée de tabac ambiante à l’intérieur de pièces de taille variable.

Références

  1. C.N. Davies, Cigarette smoke: generation and properties of the aerosol, J.Aerosol Sci. Vol 19, No.4, pp463-469, 1988.
  2. Hays, Gobbell, Ganick, Indoor Air Quality, McGraw-Hill,1995, p.58.
  3. Spengler, Samet, McCarthhy, Indoor Air Quality Handbook. McGraw-Hill, 2001.
  4. UWaterloo, Bond Lengths and Energies. n.d. Web. 21 Nov 2010.
  5. http://www.science.uwaterloo.ca/~cch…20/bondel.html EPA. Reference Guide to Odor Thresholds for Hazardous Air Pollutants Listed in the Clean Air Act Ammendments of 1990.
  6. EPA/600/R-92/047, March 1992.

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

Désinfecter les vestiaires et les toilettes

Désinfecter les vestiaires et les toilettes

Les odeurs que l’on retrouve dans les vestiaires sont en grande partie le résultat de la transpiration. La transpiration est au départ inodore. Ce sont les bactéries présentées à la surface de la peau, notamment sur les zones pileuses comme les aisselles ou enfermées comme les pieds, qui vont être responsables dans des effluves désagréables, lesquelles seront disséminées dans les serviettes, les équipements et autres matériaux absorbants.

Le Sanuvair® S300 de Sanuvox est la solution idéale pour réduire et éliminer les odeurs désagréables des vestiaires de moyenne dimension. Le processus breveté de Sanuvox purifie l’air en stérilisant les bactéries et les virus toute en oxydant les odeurs chimiques. Résultat : une différence qui sent !

Le préfiltre et le filtre HEPA capturent les particules jusqu’à 0,03 microns. Le processus breveté éradique les bio-contaminants, tels que les moisissures, les bactéries, les virus, les germes et les allergènes, et détruit les odeurs chimiques et biologiques.

ÉQUIPEMENTS UTILISÉS

Unité de ventilation autonome doté d’une soufflante et d’une lampe avec deux zones : une zone UV-C germicide, et une zone UV-V oxydante « modulable ». L’unité peut être aussi utilisée sur des conduits ronds de 8’’ flexibles ou rigides ou simplement accrochée au mur et dotée de grilles d’admission et de sortie.

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT

L’air vicié est aspiré d’un côté, purifiée devant la lampe UV germicide / UV oxydante, puis rejeté de l’autre côté. En recirculant l’air de la pièce en continu, on élimine la faune bactérienne aéroportée ainsi que les odeurs chimiques, améliorant ainsi la qualité d’air pour les occupants.

DIMENSIONNEMENT
Il faut prévoir de 4 à 6 changements d’air par heure.
• Une unité P900 avec une lampe UV-C/UV-V sera suffisante pour une salle de 1 200 pi3, soit approximativement 15’ x 10’ x 8’.
• Une unité Sanuvair® S300 avec une lampe UV-C/UV-V sera suffisante pour un local de 4 500 pi3, soit approximativement 25’ X 20’ X 10’.
• Une unité Sanuvair® S1000 avec une lampe UV-C/UV-V sera suffisante pour un local de 15 000 pi3, soit approximativement 50’ X 20’ X 15’.
L’unité comprend 2 entrées et 2 sorties d’air de 8 pouces Elle devra être fixée au mur, si possible à un endroit central. Sauf pour l’unité portable P900, les purificateurs peuvent être installés dans l’entre-plafond ou dans une pièce voisine et canalisée avec des tuyaux ronds de 8 pouces.

LES PARTICULARITÉS
Les unités de base comprennent une lampe en « J » de longueur différente, mais possédant toutes une section UV-V oxydante minimale. Pour des cas spéciaux où les odeurs sont plus concentrées, il est possible de doter les unités (sauf l’unité P900) de lampes ayant une plus grande section oxydante afin de « moduler » directement sur site la quantité d’oxydation requise.

LES INSTALLATIONS POSSIBLES

De nombreux bâtiments et établissements peuvent être équipés de ces unités de purification, tels que les chambres de sportifs (hockey, football), les centres de conditionnement physique, les salles de lavage, et les sous-sols.

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

Purifier l’air dans les chenils et les cliniques vétérinaires

Purifier l’air dans les chenils et les cliniques vétérinaires

Les maladies se propagent aisément quand les animaux se retrouvent confinés ensemble dans un même local. Les infections aéroportées peuvent alors se transmettre facilement de l’un à l’autre. Les odeurs peuvent aussi être cause de désagréments pour le personnel, des locaux adjacents recevant des visiteurs ou du personnel administratif. Les unités UV de Sanuvox sont la solution idéale pour détruire les contaminants aéroportés, tels que les virus et les bactéries, tout en réduisant de façon significative les fortes odeurs.

Le processus breveté Sanuvox éradique les bio-contaminants, tels que les moisissures, les bactéries, les virus, les germes et les allergènes ; ainsi que les odeurs chimiques et biologiques, comme celle de l’ammonique produite dans les endroits où les animaux sont gardés.

Les unités sont soit installées dans un conduit de ventilation soit disponibles en unité autonome.

ÉQUIPEMENTS UTILISÉS
Une unité autonome est dotée d’une soufflante de 300cfm, de filtres protégeant la soufflante et de 2 lampes UV ; alors qu’une unité insérée parallèlement au flot d’air dans le conduit de ventilation, est dotée de 4 lampes UV-C ayant chacune une section d’un pouce d’UV-V. Deux de ces sections sont masquées de papier aluminium. Si le procédé d’oxydation n’est pas satisfaisant, on ajuste l’oxydation en découvrant une section à la fois.

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT

L’unité purifie l’air de recirculation de deux façons :
1. La section germicide UV-C détruit les contaminants biologiques dans l’air, tels que les virus, les moisissures et les bactéries.
2. La section oxydante UV-V oxyde les composantes chimiques présentes dans l’air par photo-oxydation. Certaines unités sont conçues pour être « ajustées » sur place, comme le Quattro (lien vers la page du produit).

INSTALLATIONS

ACTION SUR LES CONTAMINANTS BIOLOGIQUES ET CHIMIQUES

1-PHASE D’ACTIVATION O2 + O* –> O* +O*
Des photons énergétiques ultraviolets (170- 220nm) sont émis à partir d’une source à haute intensité permettant de décomposer les molécules d’oxygène en oxygène monoatomique activé.

2-PHASE DE RÉACTION O*+P –> PO
Les atomes d’oxygène activé (O*) sont alors mélangés au courant d’air à traiter et réagissent avec n’importe quel composé chimique à base de carbone-hydrogène ou de souffre en les réduisant par oxydations successives à des sous-produits inodores et inoffensifs. Si les contaminants aéroportés sont moins nombreux que les atomes d’oxygène activé, il y aura alors formation d’ozone (O3) suite à l’oxydation normale des molécules d’oxygène (O2).

3-PHASE DE NEUTRALISATION (aussi germicide) 03+UV(C) –> O2+OH* : O+O –> O2
La longueur d’onde (UV-C 254nm) pour la phase de stérilisation est bien connue pour ses propriétés hautement germicides. Le rayonnement ultraviolet sur les bactéries est abondamment documenté.

DÉCOMPOSITION CHIMIQUE

Ammoniaque NH3+OH* –> N2 + H2O

LES APPLICATIONS POSSIBLES

De nombreux bâtiments et établissements peuvent être équipés avec l’unité de purification de l’air Quattro, tels que les chenils, les refuges pour animaux, les laboratoires, les cliniques vétérinaires, ou les zoos et animaleries.

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

Combattre la fumée de cigarettes

Combattre la fumée de cigarettes

Les espaces réservés aux fumeurs, quoique souvent isolés des endroits publics, causent souvent des problèmes lorsque les odeurs se répandent à l‘intérieur. De plus, l’accumulation de fumée dans ces endroits réservés peut pousser certains fumeurs à s’en éloigner, alimentant alors d’autres situations problématiques.

Différentes solutions pour remédier à ces problèmes de fumée sont proposées par Sanuvox. En effet, installer des systèmes de purification de l’air permet de traiter l’air de ces pièces et d’éliminer les odeurs et la fumée, ainsi que la nicotine produite.

Contrairement à ses concurrents, Sanuvox n’utilise pas de coûteux filtres au charbon activé qui s’imprègnent rapidement de nicotine et de goudron. Le processus UV breveté réduit les odeurs et cristallise les gouttelettes de nicotine, lesquelles se retrouvent en poudre fine sur les filtres. Un taux de recirculation de 6 à 8 fois l’heure permet de choisir l’équipement approprié aux dimensions de la pièce.

ÉQUIPEMENTS UTILISÉS

Les unités de purification d’air aux UV autonomes sont dotées d’une soufflante de 300 ou 1000 cfm, de préfiltres pour protéger la soufflante, de lampes deux zones UV-C germicide et UV-V oxydante, doublée d’une lampe tout oxydante reliée à un détecteur de COV (composés volatils organiques).

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT

L’unité purifie l’air de la pièce avec la lampe régulière 2 zones UV-C/UV-V. Lorsque le niveau de fumée augmente, conséquence de l’ajout de fumeurs dans la pièce, le détecteur de COV déclenche alors la seconde lampe oxydante pour une durée d’une minute, puis l’éteint. Ce cycle recommence à chaque minute tant que le niveau de polluant est élevé. Lorsque la concentration de fumée est réduite, le détecteur éteint la lampe oxydante laissant la lampe régulière terminer le travail.

COMPRENDRE LA CHIMIE

La fumée de cigarette ou de cigare est généralement composée de :

  • Cendres en suspension
  • Gouttelettes de nicotine
  • Composés chimiques

La cendre sera captée sur les filtres. Les gouttelettes de nicotine seront asséchées par les rayons ultraviolets et se retrouveront sous forme de poudre jaune sur les filtres. Quant aux composés chimiques, ils seront oxydés par le procédé photolytique des ultraviolets : les rayons UV de hautes fréquences sont suffisamment énergétiques pour activer les molécules organiques et accélérer les réactions chimiques d’oxydation dans l’air. Les odeurs sont oxydées par le procédé de photolyse qui amorce la rupture des liaisons chimiques par l’action de la lumière ultraviolette. Les contaminants chimiques organiques sont donc décomposés et rendus inoffensifs en CO2 et H2O.

DIMENSIONNER L’ÉQUIPEMENT
Il faut prévoir de 6 à 8 changements d’air par heure. On réduit ainsi la norme d’apport d’air frais des deux tiers.

Une unité Sanuvair® S300 (de 300 cfm) sera suffisante pour un local de 2 400 pi3(12 X 20 X 10) pour 7,5 changements à l’heure.

Une unité Sanuvair® S1000 (1000 cfm) sera suffisante pour un local de 9 600 pi3 (24 X 40 X 10) pour 6,25 changements à l’heure.

LES INSTALLATIONS POSSIBLES

De nombreux bâtiments et établissements peuvent être équipés d’unités de purification de l’air pour lutter contre la fumée de tabac, tels que les CHSLD, les résidences privées, les salles de Poker, les bingos amérindiens, ou les bars à cigares.

Autres articles qui pourraient vous intéresser :