L’utilisation de technologie avancée de purification d’air dans un milieu de soins de santé

Sommaire de l’étude sur l’utilisation de technologie avancée de purification d’air (AAPT/UVGI) sur les résultats cliniques post-chirurgie dans un milieu de soins de santé

The impact of comprehensive air purification on patient duration of stay, discharge outcomes, and health care economics: A retrospective cohort study1.

Figure 1

Figure 1. Indicateurs environnementaux associés à la pureté de l’air ambient et des surfaces. Résultats de l’étude de Stawicki et al.2 pour le réseau de santé de l’université St Luke’s (Bethlehem, PA). Trois ‘’zones’’ du même complexe hospitalier ont été délimitées et évaluées. La zone C est définie comme étage contrôle, étant équipé de ventilation typique du milieu hospitalier et de filtration HEPA. La Zone B est aussi équipée de ventilation typique d’hôpital et de filtration HEPA, mais reçoit aussi une portion du retour d’air de la zone A. Cette dernière zone est équipée de ventilation standard, de filtration HEPA, mais aussi d’une technologie avancée de purification d’air (AAPT), qui est composé d’un système UV germicide (UVGI) de LifeAire™. La figure montre les résultats d’échantillonnage environnemental (air et surfaces) provenant des trois zones à l’étude (A-B-C).

 

Figure 2

Figure 2. Destination post-chirurgicale des patients à la suite du congé d’hôpital. Les patients de chirurgies non bariatriques du réseau de santé de l’université St Luke’s (Bethlehem, PA), avec un index CMI figurant dans leur dossier médical, ont été évalués selon la zone dans laquelle ils étaient admis (N = 1002 patients). Les zones sont telles que décrites précédemment; la zone A est équipé d’un système AAPT/UVGI en plus de filtration HEPA, la zone B est équipée de filtration HEPA et d’un retour d’air de la zone A, tandis que la zone C est équipée de filtration HEPA seulement. Les populations de patients des différentes zones n’étaient balancées, avec aucune différence notable dans la distribution entre les zones.

 

Figure 3

Figure 3. Indices et résultats concernant la santé des patients par zone étudiée. Les patients hospitalisés des zones A, B et C (réseau de santé de l’université St Luke’s, Bethlehem, PA) ont été comparés en fonction de leur durée de séjour à l’hôpital (Hospital length-of-stay, HLOS) et en fonction des frais hospitaliers (Hospital charges, HC). Les données ont été fournies par le réseau hospitalier et analysées par un épidémiologiste indépendant. Les données sont présentées comme un ratio de la zone contrôle (Zone C).

 


 

1 Stawicki SP, Wolfe S, Brisendine C, Eid S, Zangari M, Ford F, Snyder B, Moyer W, Levicoff L, Burfeind WR. The impact of comprehensive air purification on patient duration of stay, discharge outcomes, and health care economics: A retrospective cohort study. Surgery. 2020 Nov;168(5):968-974. doi: 10.1016/j.surg.2020.07.021. Epub 2020 Sep 2. PMID: 32888714.

2 Stanislaw P. Stawicki, Chad Brisendine, Lee Levicoff, Frank Ford, Beverly Snyder, Sherrine Eid and Kathryn C. Worrilow (March 20th 2019). Comprehensive and Live Air Purification as a Key Environmental, Clinical, and Patient Safety Factor: A Prospective Evaluation, Vignettes in Patient Safety – Volume 4, Stanislaw P. Stawicki and Michael S. Firstenberg, IntechOpen, DOI: 10.5772/intechopen.84530. Available from: https://www.intechopen.com/books/vignettes-in-patient-safety-volume-4/comprehensive-and-live-air-purification-as-a-key-environmental-clinical-and-patient-safety-factor-a-

 


 

 

Important hôpital de Houston, 2015

Le cas

Dans un important hôpital de Houston au Texas, les centrales de traitement de l’air étaient couvertes d’Aspergillus du fait d’une mauvaise filtration et d’une isolation intérieure double. Le IL Coilclean de Sanuvox a permis d’inverser le nettoyage des centrales, prévenant ainsi toute contamination dans l’hôpital et lui économisant des milliers de dollars en frais d’électricité.

Le problème

Notre distributeur, The Filterman LLC, a reçu un appel téléphonique d’un important hôpital de Houston au Texas qui avait un gros problème microbien. L’Aspergillus se développait sur le serpentin d’évaporation, le conduit de circulation et les filtres HEPA. L’hôpital utilisait des filtres de mauvaise qualité et ne scellaient pas les filtres pour empêcher le passage de l’air. À Houston, les températures en été dépassent régulièrement les 38°C et le taux d’humidité peut atteindre jusqu’à 90%. La croissance de biofilms sur les ailettes du serpentin de refroidissement empêchait une déshumidification appropriée et réduisait la capacité de refroidissement des centrales de traitement de l’air, avec pour conséquence des milliers de dollars gaspillés en électricité.

Après 4 ans de mauvaise filtration, les centrales de traitement de l’air étaient couvertes d’Aspergillus. L’isolation intérieure doublée de noir était couverte de moisissures blanches. Les filtres HEPA commençaient à accumuler de l’humidité du fait que les serpentins d’évaporation étaient encrassés, favorisant d’avantage la croissance des moisissures et réduisant la durée de vie des filtres.

Avant : Les conduits sont pleins, il peut être nécessaire de déboucher le drain qui a accumulé du biofilm

La solution personnalisée de Sanuvox

Avec l’aide de The Filterman, Sanuvox a évalué chaque serpentin d’évaporation, a mesuré le flux d’air et les dimensions des conduits, et a recommandé une unité Biowall de 60 pouces par conduit de transition, ainsi que des IL CoilClean de longueurs spécifiques en fonction des dimensions des serpentins de chaque centrale de traitement de l’air à travers l’hôpital.

Conclusion

Dans les 4 mois qui ont suivi l’installation des unités Biowall et IL CoilClean de Sanuvox, les conduits d’évaporation ont commencé à rejeter du biofilm qui s’était accumulé sur les ailettes des serpentins. Ce biofilm réduisait l’efficacité du serpentin de refroidissement et restreignait la déshumidification de l’air, et était devenu source de contamination. L’isolation interne double est redevenue noire, alors que la croissance des moisissures s’est arrêtée. Les filtres HEPA ont été changés et 5 ans plus tard, ils n’ont toujours pas été affectés par des moisissures.

Installation d’un BioWall dans les conduits

4 jours d’incubation