Comment tester la qualité de l’air à votre bureau?

Actuellement, la qualité de l’air intérieur devient un enjeu de plus en plus important. Les immeubles sont maintenant plus étanches que jamais. L’utilisation de matériaux synthétiques émettant des COV augmente et les mesures d’économie d’énergie qui réduisent l’apport d’air extérieur sont populaires – autant de facteurs qui affectent négativement la qualité de l’air.

La législation canadienne sur la santé et la sécurité au travail stipule que les employeurs doivent fournir un lieu de travail sûr et sain, ce qui inclut un air propre et de bonne qualité. En outre, l’amélioration de la qualité de l’air peut stimuler la productivité et le bien-être des employés. Il est dans l’intérêt des employeurs de tester la qualité de l’air dans leurs bureaux et de prendre des mesures pour s’assurer que leur environnement de travail est sécuritaire pour tous les travailleurs et occupants.

Polluants atmosphériques présents dans les bureaux

Les polluants suivants proviennent de sources variées que l’on trouve couramment dans les bureaux d’entreprises:

  • Le formaldéhyde provenant des panneaux de particules, de la mousse isolante, des tissus, de la colle, des moquettes et de l’ameublement préfabriqué;
  • Les COV (composés organiques volatils) provenant des photocopieuses et des imprimantes, des ordinateurs, des moquettes, des meubles, des produits de nettoyage, des peintures, des adhésifs, des produits de calfeutrage, des parfums et des solvants ;
  • Le dioxyde de carbone provenant la respiration des occupants de l’immeuble ;
  • Le monoxyde de carbone provenant des gaz d’échappement des véhicules, particulièrement des stationnements sous-terrain ;
  • Les allergènes tels que les acariens, les poils d’animaux et le pollen ;
  • Les champignons et moisissures attribuables à l’humidité ou à de l’eau ;
  • Les bactéries et les virus véhiculés et répandus par les occupants.

Chez les personnes qui travaillent dans des bureaux, ces polluants peuvent provoquer une sécheresse et une irritation des yeux, du nez, de la gorge et de la peau, des maux de tête, une fatigue, un essoufflement, des allergies, une congestion, une toux et des éternuements, des vertiges et des nausées, entre autres. L’expression « syndrome des bâtiments malsains (SBM) » a d’ailleurs été à juste titre inventée pour désigner les symptômes qui semblent liés au temps passé au bureau.

Comment tester la qualité de l’air intérieur?

Pour évaluer la qualité de l’air de vos bureaux, vous devez d’abord procéder à une inspection visuelle du bâtiment. Recherchez les sources possibles de contamination ou d’infiltration d’eau, et assurez-vous que les produits chimiques et les produits de nettoyage sont correctement scellés et stockés. Vérifiez à l’extérieur du bâtiment si des polluants peuvent être aspirés par le système de climatisation, ventilation et chauffage (CVC). Le système CVC doit être inspecté par un professionnel pour s’assurer qu’il fonctionne correctement.

Ensuite, il faut interroger les occupants du bâtiment, en particulier ceux qui présentent des symptômes d’inconfort. L’échantillonnage de l’air visant à détecter la présence de polluants ne doit être effectué qu’après avoir pris ces mesures, et la stratégie d’échantillonnage utilisée doit être basée sur les informations recueillies.

Équipement utilisé pour tester la qualité de l’air intérieur

L’échantillonnage de l’air peut être utilisé pour comparer la qualité de l’air intérieur et extérieur, identifier les zones à problèmes et tester des hypothèses sur la source du problème. Il existe de nombreux types d’équipements différents qui peuvent être utilisés pour tester l’air, tels que les échantillonneurs, les analyseurs et les appareils à lecture directe. Certains mesurent la qualité de l’air en continu, tandis que d’autres prélèvent un échantillon à la fois. Certains nécessitent une analyse en laboratoire et une formation spécialisée, tandis que d’autres sont simples à utiliser.

Des tests simples portant sur la température, l’humidité, le mouvement de l’air et les niveaux de CO2 peuvent être effectués par n’importe qui à l’aide d’appareils portables, mais ils sont limités en termes de précision et ne permettent pas une analyse approfondie des données. Il est préférable de faire appel à un professionnel qualifié pour tester la qualité de l’air dans votre bureau afin d’identifier le problème et de trouver une solution.

Pour en savoir plus sur la façon de tester la qualité de l’air au bureau, consultez le guide de Santé Canada sur la qualité de l’air intérieur dans les immeubles de bureaux.

Comment améliorer la qualité de l’air intérieur?

Contrôler les polluants à la source

Il est important de prendre tous les moyens possibles pour réduire les sources des polluants atmosphériques dans le bâtiment. Un taux d’humidité trop élevé peut entraîner la prolifération de moisissures et d’autres contaminants biologiques. Les déversements et les fuites doivent donc être traités rapidement. Le bâtiment doit être nettoyé fréquemment avec des produits de nettoyage non toxiques. Pensez à investir dans des moquettes à faible teneur en COV et faites-les nettoyer régulièrement. Vous pouvez également ajouter des plantes pour atténuer les niveaux de CO2.

Améliorer la ventilation

La plupart des immeubles de bureaux sont équipés d’un système de ventilation qui aspire l’air de l’extérieur pour améliorer la qualité de l’air à l’intérieur. Cependant, si le système de ventilation est obstrué, défectueux ou a été trafiqué afin de réduire les coûts de chauffage et de refroidissement, la qualité de l’air va assurément diminuer.

Purifier l’air

Les systèmes de purification d’air commerciaux et les produits de désinfection de l’air par UV font toute la différence en matière de qualité de l’air dans les bureaux. Le système de purification d’air commercial Sanuvox peut vous aider à éliminer ou à purifier les polluants en suspension dans l’air, à protéger vos employés et même à diminuer la consommation d’énergie du système CVC en maintenant ses serpentins propres !

Améliorez la qualité de l’air à votre bureau avec Sanuvox

Sanuvox est un leader nord-américain de la purification et de la désinfection de l’air sur les lieux de travail. Notre technologie UV brevetée premet de détruire les microorganismes aéroportés dont le fameux virus SARS-CoV2 responsable de la Covid19 et de dégrader aussi les produits chimiques et les odeurs, améliorant ainsi considérablement la qualité de l’air à l’intérieur.

Si vous souhaitez offrir un environnement de travail sûr et stimuler la productivité et le bien-être de vos employés, contactez Sanuvox dès aujourd’hui ! Nous sommes une bouffée d’air frais.

Les purificateurs d’air vous aident-ils à mieux dormir ?

Nous sous-estimons souvent à quel point une bonne nuit de sommeil est vitale pour que notre organisme fonctionne de manière optimale. En fait, le sommeil affecte tout : de la santé cardiaque à la concentration, sans oublier la productivité.

Mais, saviez-vous que les purificateurs d’air peuvent améliorer considérablement la qualité de votre sommeil ? De la réduction des allergènes en suspension dans l’air à la production d’un bruit blanc apaisant, les purificateurs d’air ont diverses fonctions qui favorisent un sommeil profond et réparateur et une meilleure santé en général.

Découvrez comment les purificateurs d’air vous aident à dormir dans cet article signé par les experts de Sanuvox.

Types de polluants atmosphériques qui affectent la santé et le sommeil

Il existe un grand nombre de types de polluants atmosphériques présents dans nos maisons qui affectent notre santé et notre sommeil. Les allergènes communs tels que les acariens et les poils d’animaux s’accumulent très facilement dans la maison. La présence de ces irritants peut être contrôlée par un nettoyage en profondeur régulier, mais même un bon ménage ne peut les éliminer à 100 %. Il a également été démontré que les purificateurs d’air Sanuvox piègent  99,97 % de ces types de particules, ce qui en fait une solution extrêmement efficace pour ceux qui souffrent d’allergies.

Les particules provenant de l’environnement local peuvent également se frayer un chemin dans la maison. Le smog, le pollen saisonnier et les produits chimiques nocifs tels que le dioxyde et le monoxyde de carbone provenant de la circulation automobile s’infiltrent par les fissures, les évents et les fenêtres. Les purificateurs d’air Sanuvox sont très efficaces pour éliminer ces types de contaminants.

Si on les laisse circuler sans entrave, ces allergènes et ces contaminants chimiques peuvent provoquer une irritation et une inflammation qui perturbent notre sommeil et peuvent entraîner d’autres problèmes de santé.

Enfin, le purificateur d’air Sanuvox S100 est capable de réduire la circulation des virus et des maladies dans l’air. Dans un monde qui a été secoué par la COVID-19, les purificateurs d’air sont un excellent moyen de réduire la propagation du virus et de contribuer à créer des espaces plus sûrs.

Types de purificateurs d’air qui améliorent le sommeil

Il existe une variété de purificateurs d’air résidentiels qui peuvent contribuer à améliorer votre sommeil. Ces différents types de purificateurs d’air sont spécialement conçus pour capturer différents types de contaminants qui perturbent le sommeil.

Purificateurs d’air avec filtres HEPA

La plupart des purificateurs d’air sont équipés de filtres HEPA (filtres à particules à haute efficacité) qui sont essentiellement conçus pour retenir la poussière. Les filtres HEPA sont constitués de plusieurs couches de mailles constituées de fins fils de fibre de verre. Les purificateurs d’air équipés de filtres HEPA sont capables de capturer 99,97 % de toutes les particules d’une taille supérieure à 0,3 micron. Toutefois, les virus tels que le SRAS-CoV-2 ayant des dimensions inférieures à 0,3 micron, les purificateurs d’air achetés dans le but de réduire la circulation des virus doivent être dotés d’autres méthodes de purification, comme les rayons UV.

Purificateurs d’air à lumière UV

La lumière UV Sanuvox peut être utilisée pour attaquer les micro-organismes au niveau moléculaire, ce qui en fait une méthode de purification idéale pour aider à se débarrasser des virus. La lumière UV peut également dégrader les produits chimiques et les odeurs, ce qui en fait un système de purification de l’air très polyvalent.

Allergies et asthme

Les personnes qui souffrent d’allergies et d’asthme sont particulièrement affectées par les particules en suspension dans l’air. Les bioallergènes tels que les acariens, les poils d’animaux et le pollen peuvent provoquer de la congestion nasale, des éternuements, des maux de tête dus aux sinus et des difficultés respiratoires, des symptômes qui rendent difficile l’obtention d’une bonne nuit de sommeil. Les purificateurs d’air sont connus pour soulager les symptômes de l’asthme et des allergies, car ils réduisent les particules responsables de ces réactions.

Apnée du sommeil

Une étude publiée dans les annales de l’American Thoracic Society a révélé que la pollution atmosphérique augmente considérablement le risque d’apnée du sommeil. Les chercheurs ont constaté qu’une augmentation de seulement 5 microgrammes de particules entraîne une augmentation de 60 % du risque d’apnée du sommeil, même en tenant compte d’autres facteurs. L’étude suggère que l’inhalation de polluants tels que le dioxyde d’azote et les particules fines peut provoquer une irritation et un gonflement des voies respiratoires supérieures, entraînant une restriction de la respiration qui peut conduire à l’apnée du sommeil.

Comment les purificateurs d’air vous aident-ils à passer une bonne nuit de sommeil?

Les particules en suspension dans l’air peuvent provoquer une irritation qui perturbe votre sommeil, en particulier si vous souffrez d’allergies et/ou d’asthme. Comme nous l’avons mentionné plus haut, elles peuvent également entraîner un risque accru d’apnée du sommeil, une affection qui se traduit par un sommeil agité, interrompu et de mauvaise qualité.

Un mauvais sommeil peut exacerber des problèmes de santé sous-jacents, des problèmes de poids, des troubles gastro-intestinaux et/ou des problèmes de santé mentale. À court terme, il entraîne fatigue, somnolence, irritabilité et baisse de productivité.

Les purificateurs d’air Sanuvox aide à éliminer les particules de l’air, ce qui réduit l’irritation et l’inflammation et améliore le sommeil.

Vous pouvez également essayer ces conseils pour profiter d’un meilleur sommeil :

  • Respectez une heure de coucher régulière ;
  • Essayez de ne pas faire de sieste pendant la journée ;
  • Faites de l’exercice régulièrement ;
  • Essayez d’éviter la caféine et de manger près de l’heure du coucher ;
  • Veillez à ce que votre chambre soit fraîche, sombre et calme ;
  • Gardez votre chambre propre et utilisez votre purificateur d’air !

Dormez mieux avec un purificateur d’air Sanuvox

Bien dormir est essentiel pour rester en bonne santé et être capable de fonctionner correctement. Il a été prouvé que les purificateurs d’air améliorent le sommeil, en plus d’offrir une foule d’autres avantages pour la santé. Il est clair qu’en matière de santé, un purificateur d’air est un outil indispensable à avoir dans la maison !

Sanuvox est un leader mondial dans le domaine des purificateurs d’air UV, offrant une variété de systèmes de purification rentables pour une utilisation résidentielle, commerciale, institutionnelle et médicale. Si vous souhaitez obtenir plus d’informations sur nos produits ou si vous avez décidé d’acheter un purificateur d’air, contactez-nous !

L’utilisation de technologie avancée de purification d’air dans un milieu de soins de santé

Sommaire de l’étude sur l’utilisation de technologie avancée de purification d’air (AAPT/UVGI) sur les résultats cliniques post-chirurgie dans un milieu de soins de santé

The impact of comprehensive air purification on patient duration of stay, discharge outcomes, and health care economics: A retrospective cohort study1.

Figure 1

Figure 1. Indicateurs environnementaux associés à la pureté de l’air ambient et des surfaces. Résultats de l’étude de Stawicki et al.2 pour le réseau de santé de l’université St Luke’s (Bethlehem, PA). Trois ‘’zones’’ du même complexe hospitalier ont été délimitées et évaluées. La zone C est définie comme étage contrôle, étant équipé de ventilation typique du milieu hospitalier et de filtration HEPA. La Zone B est aussi équipée de ventilation typique d’hôpital et de filtration HEPA, mais reçoit aussi une portion du retour d’air de la zone A. Cette dernière zone est équipée de ventilation standard, de filtration HEPA, mais aussi d’une technologie avancée de purification d’air (AAPT), qui est composé d’un système UV germicide (UVGI) de LifeAire™. La figure montre les résultats d’échantillonnage environnemental (air et surfaces) provenant des trois zones à l’étude (A-B-C).

 

Figure 2

Figure 2. Destination post-chirurgicale des patients à la suite du congé d’hôpital. Les patients de chirurgies non bariatriques du réseau de santé de l’université St Luke’s (Bethlehem, PA), avec un index CMI figurant dans leur dossier médical, ont été évalués selon la zone dans laquelle ils étaient admis (N = 1002 patients). Les zones sont telles que décrites précédemment; la zone A est équipé d’un système AAPT/UVGI en plus de filtration HEPA, la zone B est équipée de filtration HEPA et d’un retour d’air de la zone A, tandis que la zone C est équipée de filtration HEPA seulement. Les populations de patients des différentes zones n’étaient balancées, avec aucune différence notable dans la distribution entre les zones.

 

Figure 3

Figure 3. Indices et résultats concernant la santé des patients par zone étudiée. Les patients hospitalisés des zones A, B et C (réseau de santé de l’université St Luke’s, Bethlehem, PA) ont été comparés en fonction de leur durée de séjour à l’hôpital (Hospital length-of-stay, HLOS) et en fonction des frais hospitaliers (Hospital charges, HC). Les données ont été fournies par le réseau hospitalier et analysées par un épidémiologiste indépendant. Les données sont présentées comme un ratio de la zone contrôle (Zone C).

 


 

1 Stawicki SP, Wolfe S, Brisendine C, Eid S, Zangari M, Ford F, Snyder B, Moyer W, Levicoff L, Burfeind WR. The impact of comprehensive air purification on patient duration of stay, discharge outcomes, and health care economics: A retrospective cohort study. Surgery. 2020 Nov;168(5):968-974. doi: 10.1016/j.surg.2020.07.021. Epub 2020 Sep 2. PMID: 32888714.

2 Stanislaw P. Stawicki, Chad Brisendine, Lee Levicoff, Frank Ford, Beverly Snyder, Sherrine Eid and Kathryn C. Worrilow (March 20th 2019). Comprehensive and Live Air Purification as a Key Environmental, Clinical, and Patient Safety Factor: A Prospective Evaluation, Vignettes in Patient Safety – Volume 4, Stanislaw P. Stawicki and Michael S. Firstenberg, IntechOpen, DOI: 10.5772/intechopen.84530. Available from: https://www.intechopen.com/books/vignettes-in-patient-safety-volume-4/comprehensive-and-live-air-purification-as-a-key-environmental-clinical-and-patient-safety-factor-a-

 


 

 

10 mythes sur les purificateurs d’air débusqués

Air Purifier Myths

Les rumeurs sur les purificateurs d’air circulent presque autant que la quantité de particules qu’ils capturent ! Si vous vous êtes déjà demandé si ces appareils peuvent réellement faire tout ce que leurs fabricants promettent, vous n’êtes pas seul. Les gens se posent beaucoup de questions sur l’efficacité réelle des purificateurs d’air et sur la sécurité de leur utilisation.
Heureusement, les experts de Sanuvox sont là pour séparer la réalité de la fiction ! Dans cet article, découvrez la vérité derrière 10 mythes concernant les purificateurs d’air.

 

Mythe 1: Les purificateurs d’air ne sont pas utiles

Les purificateurs d’air sont souvent considérés à tort comme un gaspillage d’argent sans avantages significatifs. Cela ne pourrait pas être plus éloigné de la vérité.

Les purificateurs d’air SANUVOX sont extrêmement efficaces pour piéger toutes sortes de particules nocives en suspension dans l’air ainsi que les polluants que l’on trouve couramment dans la maison : des acariens, du pollen, des spores, des moisissures, du monoxyde de carbone, des hydrocarbures et des virus.

Et ce n’est pas parce que les purificateurs d’air sont silencieux qu’ils n’effectuent pas leur travail. Si vous avez besoin d’être convaincu, il suffit de retirer le filtre et de constater par vous-même la quantité de débris que l’appareil piège et vous prévient d’inhaler !

Mythe 2 : Les purificateurs d’air sont mauvais pour vous

Les purificateurs d’air sont bons pour vous ! En éliminant les particules de l’air, les purificateurs d’air Sanuvox peuvent contribuer à soulager les symptômes des allergies et de l’asthme, réduire les irritations et les inflammations et améliorer le sommeil. Les purificateurs d’air Sanuvox piègent les polluants nocifs qui, autrement, pourraient entraîner un risque accru de cancer, de maladie d’Alzheimer et de maladies cardiaques et pulmonaires.

Mythe 3 : Les purificateurs d’air dégagent de l’ozone

Si vous craignez que les purificateurs d’air soient mauvais pour vous, c’est peut-être parce que vous avez entendu dire qu’il y en a qui émettent de l’ozone. C’était vrai autrefois, mais ce n’est plus le cas aujourd’hui. Avant 2005, la plupart des purificateurs d’air étaient des ioniseurs générateurs d’ozone. En 2005, des rapports de consommateurs ont démontré que ce type de purificateurs d’air non seulement ne parvenaient pas à purifier l’air, mais pouvaient exposer les utilisateurs à des niveaux d’ozone potentiellement dangereux pour la santé.

La technologie a beaucoup évolué depuis, et à l’exception des ioniseurs d’air, les purificateurs d’air ne produisent désormais plus d’ozone. Bien sûr, si vous êtes toujours inquiet, vous pouvez simplement choisir un purificateur d’air qui ne comprend pas d’ioniseur. Les systèmes de purification de l’air SANUVOX qui reposent sur la lumière UV ne produisent pas d’ozone.

 

Mythe 4 : les purificateurs d’air émettent des radiations dangereuses

En fait, comme tous les autres appareils électroniques de votre maison, les purificateurs d’air émettent de petites quantités de rayonnements électromagnétiques. Les micro-ondes, les téléphones portables, les téléviseurs et les purificateurs d’air émettent tous un certain niveau de radiofréquences EMF (ondes électromagnétiques). Il est important de noter que ces niveaux sont extrêmement faibles et ne présentent aucun danger pour la santé.

 

Mythe  5 : Si vous avez un climatiseur, vous n’avez pas besoin d’un purificateur d’air

Les climatiseurs et les purificateurs d’air ont des fonctions complètement différentes. Les purificateurs d’air Sanuvox purifient l’air en filtrant 99,97 % des particules en suspension et en détruisant les microorganismes aéroportés au moyen des rayons UV. Les climatiseurs refroidissent l’air, mais n’ont aucun effet sur les particules nocives et les bio-polluants. Bien que certains climatiseurs soient équipés de filtres, ceux-ci sont loin d’être assez fins pour retenir les particules nocives visées par les purificateurs d’air.

 

Mythe 6 : Les purificateurs d’air réduisent l’humidité et assèchent l’air

Vous pensez peut-être aux déshumidificateurs ! Il est facile de confondre les deux, car les déshumidificateurs peuvent également réduire les allergènes et les moisissures, mais ils s’y prennent différemment. L’air chaud et humide crée un terrain propice au développement des moisissures et facilite la circulation des allergènes. Les déshumidificateurs contribuent à prévenir ce phénomène en éliminant l’humidité de l’air, tandis que les purificateurs d’air n’ont aucun effet sur l’humidité, mais piègent les particules qui circulent déjà. Les déshumidificateurs et les purificateurs d’air résidentiels sont utilisés ensemble pour optimiser la qualité de l’air dans votre maison !

 

Mythe 7 : Si vous nettoyez votre maison, vous n’avez pas besoin d’un purificateur d’air, et vice versa

L’entretien ménager se concentre sur les surfaces, tandis que les purificateurs d’air nettoient l’air. Vous avez beau dépoussiérer et passer l’aspirateur, les squames, le pollen et les spores de moisissure peuvent toujours se répandre dans l’air de votre maison. D’un autre côté, si vous négligez le nettoyage, le purificateur d’air le plus puissant du monde ne sera pas en mesure d’absorber toute la poussière qui se dépose. Le nettoyage et les purificateurs d’air pour la maison doivent être utilisés ensemble pour obtenir les meilleurs résultats.

 

Mythe 8 : les filtres HEPA piègent les odeurs, les gaz et les COV

Même si les filtres HEPA constituent la référence en matière de systèmes de purification de l’air, ils ne sont conçus que pour retenir des particules solides. Tous les gaz, tous les COV (composés organiques volatils) ainsi que de nombreux virus sont suffisamment petits pour passer facilement au travers. Les systèmes de purification de l’air et les lampes UV de Sanuvox sont les seuls à se montrer efficace pour ces types de polluants.

 

Mythe 9 : les purificateurs d’air à la lumière UV ne fonctionnent pas

Alors que les filtres HEPA sont conçus pour piéger les particules, les purificateurs d’air UV utilisent une lumière UV germicide de haute intensité pour décomposer les micro-organismes et tout bio-contaminant à base d’ADN ou d’ARN comme les virus.  Certains prétendent que l’air contaminé ne passe pas assez longtemps à travers la lumière UV pour être correctement purifié, mais des tests scientifiques ont confirmé que la puissance des lampes J à haute intensité brevetées de Sanuvox fournissent une dose suffisamment élevée de lumière UV pour détruire efficacement les contaminants.

 

Mythe 10 : Tous les purificateurs d’air s’équivalent

Comme tout autre produit, pensez aux ordinateurs ou aux voitures par exemple, il existe une grande variété de purificateurs d’air sur le marché. Ils se différencient par l’espace qu’ils couvrent, le bruit qu’ils font et le type de technologie de purification qu’ils utilisent. Lorsque vous recherchez un purificateur d’air, il est important de tenir compte de vos besoins et d’effectuer des recherches pour trouver celui qui vous convient.

 

C’est un fait : les purificateurs d’air Sanuvox sont sûrs, efficaces et disponibles en ligne!

Les purificateurs d’air SANUVOX sont sûrs et efficaces. Ils ne sont pas inutiles, même dans les résidences climatisées et bien entretenues. Il est donc important d’en tenir compte lors du choix de l’équipement à acheter.

Si vous avez d’autres questions sur les purificateurs d’air UV ou si vous souhaitez parler de nos produits à un représentant de Sanuvox, contactez-nous dès aujourd’hui !

Utilisation de la technologie UVC de Sanuvox afin de réduire le risque de propagation du virus SARS-CoV-2

Utilisation de la technologie UVC de Sanuvox afin de réduire le risque de propagation du virus SARS-CoV-2

  • Il est reconnu que le rayonnement UVC (longueur d’onde 254 nm) possède des propriétés germicides. L’irradiation par UVC dénature les acides nucléiques (ADN/ARN), ce qui empêche la reproduction de pathogènes biologiques (moisissures, virus, bactéries).1, 2
  • Une étude effectuée par l’Agence de protection de l’environnement (EPA) et du département de la sécurité intérieure des États-Unis (Homeland Security) a démontré qu’une unité Sanuvox installée dans un conduit de ventilation pouvait inactiver jusqu’à 99,97% des bactéries et virus testés. Les bactéries et virus à l’étude (B.atrophaeus, S.marescens, MS2), sont connus pour être plus résistants à l’UVC que le virus SARS-CoV-2. 4, 5
  • Plusieurs agences de santé et organismes d’ingénierie (ASHRAE, REHVA, CDC) reconnaissent maintenant le rôle important de la transmission par aérosol du SARS-CoV-2, le virus responsable de la COVID-19. Ces agences et organismes recommandent aussi l’utilisation d’UVC germicide (UVGI) comme moyen efficace de réduire le risque de propagation du virus à l’intérieur. 6, 7, 8, 9
  • Puisque les unités Sanuvox sont sélectionnées en fonction des paramètres des systèmes de ventilation (CVAC), la puissance adéquate du rayonnement UV peut être calculée par le logiciel de dimensionnement de Sanuvox. Les unités BioWall peuvent donc atteindre la désinfection recommandée de 99% en une seule passe, et ce sans limitation de la vélocité de l’air.

 

Tous les liens sont en anglais.

1 https://www.fda.gov/medical-devices/coronavirus-covid-19-and-medical-devices/uv-lights-and-lamps-ultraviolet-c-radiation-disinfection-and-coronavirus

2 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2789813/

3 https://cfpub.epa.gov/si/si_public_record_report.cfm?Lab=NHSRC&address=nhsrc/&dirEntryId=154947

4 https://www.springer.com/gp/book/9783642019982

https://www.researchgate.net/publication/339887436_2020_COVID-19_Coronavirus_Ultraviolet_Susceptibility

https://www.ashrae.org/about/news/2021/ashrae-epidemic-task-force-releases-updated-airborne-transmission-guidance

7 https://www.cdc.gov/coronavirus/2019-ncov/science/science-briefs/scientific-brief-sars-cov-2.html

https://www.rehva.eu/fileadmin/user_upload/REHVA_COVID-19_guidance_document_V4_09122020.pdf

9 https://www.ashrae.org/technical-resources/filtration-disinfection

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

Efficacités des purificateurs d’air aux UV de Sanuvox contre les virus

Efficacités des purificateurs d'air aux UV de Sanuvox contre les virus

La société Sanuvox, un chef de file nord-américain depuis 25 ans en désinfection de l’air et des surfaces, tient à mettre en garde les personnes tentées d’acheter des purificateurs d’air ou d’autres appareils contre d’éventuelles allégations qui pourraient s’avérer trompeuses.

Les purificateurs d’air UV installés dans le système d’aération (CVAC) procurant une dose germicide suffisante pour le flux d’air, détruiront les virus en suspension dans l’air, mais ne peuvent à eux seuls prémunir une personne contre une éventuelle infection virale.

Les purificateurs d’air installés à l’intérieur du système CVAC ne peuvent en aucune façon désinfecter les surfaces fréquemment touchées, telles que les poignées de porte et les interrupteurs, qui sont des voies de transmission courantes des maladies. Donc, les bonnes pratiques concernant l’hygiène et le lavage fréquent des mains continuent d’être le moyen le plus sûr de se protéger contre les contaminants en suspension dans l’air pouvant se déposer sur des surfaces ; ceux-ci pouvant aussi être introduits par d’autres occupants et ensuite dispersés par le système d’aération dans la maison.

En d’autres termes, un bon purificateur d’air UV peut réduire la possibilité de propagation des contaminants à travers le système CVAC, mais il n’élimine pas la nécessité de pratiques d’hygiène éprouvées.

Étant donné que la sensibilité aux UV germicides de tout micro-organisme est déterminée par sa séquence génomique, la dose d’UV germicide requise pour tuer le CoVid-19 est pratiquement la même que pour le SRAS-CoV (2003) avec une variance inférieure à 1,6%.

Pour plus d’informations techniques concernant le Covid-19, veuillez visiter https://bit.ly/38t12Mo (site web en anglais).

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

Réduire les odeurs dans les salles de déchets

Réduire les odeurs dans les salles de déchets

Commerces, hôtels, condominiums et autres bâtiments sont souvent aux prises avec des odeurs désagréables qui s’échappent de leurs salles à ordures. Parfois même, ces odeurs se retrouvent dispersées dans le bâtiment par les cages d’ascenseurs ou par le système de ventilation.

Différents systèmes autonomes peuvent être utilisés pour éliminer les problèmes de prolifération bactérienne et réduire les odeurs chimiques et biologiques. L’objectif consiste à faire rapidement circuler l’air de la pièce devant les UV-C qui détruiront l’ADN des bactéries, ainsi que devant les UV-V qui oxyderont les molécules chimiques de putréfaction, tout en minimisant l’ozone résiduelle.

APPAREIL À RÉGLAGE MANUEL

Le Sanuvair® S600 :
Ce purificateur d’air UV autonome comprend une soufflante variable de 300 à 600 pcm, un préfiltre lavable en aluminium maillé pour capter les particules et 3 lampes UV-V oxydantes. Selon les besoins du client, une, deux ou trois lampes UV-V de 6,5 pouces en U sont allumées.

Dimensions maximales de la pièce à traiter : 8 000 pieds cubes.

Installation suggérée du Sanuvair® S600 :

ÉQUIPEMENT DE RÉGLAGE AUTOMATIQUE

Le Sanuvair® S300 OZD :
Ce purificateur d’air UV autonome comprend une soufflante à deux vitesses de 220/300 pcm, un préfiltre plissé de 2 pouces pour capturer les particules, une lampe en ‘J’ de 10,5 pouces UVC / UVV, et une lampe en ‘J’ de 10,5 pouces UV-V oxydante reliée par un câblage de 20 pieds à un contrôleur d’ozone réglé à 0,025 ppm. Le contrôleur échantillonnera l’air toutes les minutes et déclenchera la lampe UV-V si le seuil de 0,025 est atteint. Deux préfiltres de rechange sont également inclus.

Dimensions maximales de la pièce à traiter : 3 000 pieds cubes.

Installation suggérée du Sanuvair® S300 OZD :

Capture

Le Sanuvair® S1000 OZD :
Ce purificateur d’air UV autonome comprend une soufflante de 1 000 pcm, 2 préfiltres de 1 pouce pour capturer les particules, une lampe en ‘J’ de 16 pouces UVC / UVV, et une lampe en ‘J’ de 16 pouces UV-V oxydante reliée par un câblage de 20 pieds à un contrôleur d’ozone réglé à 0,025 ppm. Le contrôleur échantillonnera l’air toutes les minutes et déclenchera la lampe UV-V si le seuil de 0,025 est atteint.

Dimensions maximales de la pièce à traiter : 10 000 pieds cubes.

Installation suggérée du Sanuvair® S1000 OZD :

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

Cause fondamentale de l’odeur générée par la désinfection germicide UV avec des unités mobiles

Cause fondamentale de l'odeur générée par la désinfection germicide UV avec des unités mobiles

Par Normand Brais, P.Eng., M.A.Sc., Ph.D. et Benoit Despatis, Eng., Membre ASHRAE

INTRODUCTION

Au fil des années, de nombreux utilisateurs ont souvent remarqué que, chaque fois qu’une désinfection germicide UV de surface est effectuée dans une pièce, il reste presque toujours une odeur étrange. Ce n’est pas l’odeur de l’ozone, qui peut être facilement identifiée et mesurée. Cela ressemble plus à une odeur légèrement piquante semblable à celle des œufs pourris ou des cheveux brûlés. En fait, il est plus facile de reconnaître l’odeur que de la décrire. Jusqu’à présent, aucune explication satisfaisante sur l’origine de cette odeur particulière n’a été fournie. Plusieurs hypothèses de travail ont été explorées pour expliquer ce phénomène délicat :

1) Dégagement gazeux des surfaces murales, telles que peinture ou autres matières volatiles.

2) Colle des bouchons de lampes UV dégageant des gaz.

3) Connecteurs de lampes UV ou embouts en caoutchouc en surchauffe.

4) Interaction des UV avec les poussières en suspension dans l’air et en surface.

Après plusieurs tests et expériences, les trois premières hypothèses ont rapidement été écartées comme cause potentielle. Les dégagements gazeux de peinture ont été éliminés après des essais dans un boîtier métallique en aluminium nu, témoignant de la même odeur.

Les embouts des lampes UV ont été complètement enlevés et toute la colle nettoyée sans effet. La même chose a été faite pour les connecteurs de lampes et n’a montré aucun impact sur l’odeur. Cependant, alors que nous effectuions ces tests, il a été noté que, lorsque les cycles de désinfection étaient répétés plusieurs fois dans le même local, le niveau d’odeur perçu après chaque cycle semblait diminuer. C’est ce qui nous a amenés à nous concentrer sur la présence de particules de poussière dans l’air, sur la composition de ces particules et sur la manière dont les UV pourraient les transformer en composés odorants perceptibles.

COMPOSITION DE LA POUSSIÈRE DANS L’AIR

La poussière en suspension dans l’air des maisons, des bureaux et d’autres environnements humains contient généralement jusqu’à 80% de peau humaine morte et de poils squameux, le reste étant constitué de petites quantités de pollen, de fibres textiles, de fibres de papier, de minéraux provenant de sols extérieurs et de nombreux autres microns matériaux qui peuvent être trouvés dans l’environnement immédiat1,2. Dans un environnement intérieur typique, la charge volumétrique des poussières en suspension dans l’air est comprise entre 100 et 10 000 μg/m3 (0,000044 à 0,0044 grain/pi3). La charge de poussière dépend du taux d’occupation, du type d’activité humaine, de l’efficacité du système de filtration de l’air, etc. Il est à noter que le niveau maximum acceptable d’ASHRAE pour la poussière totale est de 10 000 µg/m3 (0,0044 grain/pi3) et de 3 000 µg/m3. (0,0013 grain/pi3) pour PM10.

Étant donné que la poussière en suspension dans l’air est essentiellement de la peau humaine morte et des mèches de cheveux squameuses, il convient de regarder de plus près le matériau fondamental dont elles sont faites. Le constituant principal de la peau humaine est un groupe moléculaire appelé kératine. La kératine est une famille de protéines structurelles fibreuses. La kératine est le matériau structurel clé constituant la couche externe de la peau humaine. C’est également l’élément clé de la structure des cheveux et des ongles. Les monomères de kératine s’assemblent en faisceaux pour former des filaments intermédiaires durs et insolubles. La kératine renferme de grandes quantités de cystéine, un acide aminé contenant du soufre, nécessaire aux ponts disulfures, qui confèrent une résistance et une rigidité supplémentaires par réticulation permanente et thermiquement stable ; rôle que jouent également les ponts soufrés dans le caoutchouc vulcanisé. Les cheveux sont constitués d’environ 14% de cystéine. La cystéine3 est un acide aminé de formule chimique HO2CCH (NH2) CH2SH. L’odeur âcre de poils brûlants et de caoutchouc est due aux sous-produits du soufre. La composition moyenne des cheveux consiste en 45,2% de carbone, 27,9% d’oxygène, 6,6% d’hydrogène, 15,1% d’azote et 5,2% de soufre.4

INTERACTION DES UVC AVEC LA KÉRATINE ET LA CYSTÉINE

Lorsque les photons de lumière UV-C à haute énergie frappent une molécule de kératine / cystéine, ils ont le pouvoir de casser leurs liaisons chimiques internes et de les briser en molécules plus petites. L’énergie des photons UV germicides à la longueur d’onde de 254 nm est de 470 kJ/mol, une valeur supérieure à celle des liaisons chimiques énumérées dans le tableau 1. Il est donc clair que les molécules protéomiques, telles que la kératine et la cystéine, peuvent être dissociées par l’irradiation des UV germicides, mais pas par la lumière visible, pour laquelle la longueur d’onde moyenne est de 550 nm et l’énergie maximale des photons de 217 kJ/mol.

Tableau 1. Force des liaisons chimiques

Liaison chimique

Énergie moyenne des liaisons chimiques (kJ/mol)

C – C347
C – H413
C – N305
C – O358
C – S259
N – H391

Par conséquent, certaines des liaisons chimiques entre les atomes de carbone et les atomes d’hydrogène, d’azote, d’oxygène et de soufre seront brisées par les photons ultraviolets germicides. Certains des fragments de molécules produits à la suite du bombardement de photons UV suffisamment intense contiendront du soufre, et entreront donc dans une catégorie appelée molécules de thiol. Les thiols sont une famille de composés soufrés également appelés mercaptans. Leur seuil d’odeur est extrêmement bas. Le nez humain peut détecter des thiols à des concentrations aussi faibles que 1 partie par milliard. L’odeur des œufs pourris et de l’ail est une caractéristique dominante des mercaptans, comme le montre le tableau 2.

Lorsque la peau brûle, elle dégage une odeur similaire à celle des thiols, tandis que mettre le feu aux cheveux émet une odeur sulfureuse. En effet, la kératine présente dans nos cheveux contient de grandes quantités de cystéine, un acide aminé soufré. L’odeur des cheveux brûlés peut persister dans le nez pendant des jours.

Tableau 2.

Seuil sensoriel rapporté pour les composés thiol / soufre6

Nom du composé
Formule chimique
Description sensorielle
Seuil d’odeur (ppb)
Sulfure d’hydrogèneH2SŒuf pourri, eaux usées0.5 – 1.5
ÉthylmercaptanCH3CH2SHAllumette brûlée, sulfuré, terreux1.1 – 1.8
MéthylmercaptanCH3SHChou pourri, caoutchouc brûlé1.5
Sulfure de diéthyleCH3CH2SCH2CH3 Caoutchouteux0.9 – 1.3
Sulfure de diméthyleCH3SCH3 Maïs en conserve, choux cuit, asperge17 – 25
Disulfure de diéthyleCH3CH2SSCH2CH3Ail, caoutchouc brûlé3.6 – 4.3
Disulfure de diméthyleCH3SSCH3 Végétal, choux, oignon intense9.8 – 10.2
Disulfure de carboneCS2 Sucré, éthéré, légèrement vert, sulfuré5

CALCUL DE LA CONCENTRATION DANS L’AIR DES COMPOSÉS DE SOUFRE RÉSULTANTS

Afin de confirmer l’hypothèse liant l’origine de l’odeur de désinfection post-UV à la présence de kératine et de cystéine dans la poussière de l’air, un simple calcul de la concentration moléculaire a été effectué.


Compte tenu de la charge de poussière, et en supposant que cette poussière se compose de 80% de peau ou de cheveux, les deux contenant environ 5% de soufre qui seront finalement décomposés par UV en molécules de thiol les plus petites, telles que méthylmercaptan, éthylmercaptan ou même sulfure d’hydrogène, la concentration en thiol peut être estimée comme suit :

où :

Dustload = poids de poussière par unité de volume d’air en μg/m3 (lb/ft3)

SK = % de soufre dans la kératine/cystéine = 5%

%Skin_Hair = fraction de peau et de cheveux dans la poussière = 80%

ρThiol = densité de méthylmercaptan à température et pression ambiantes normales = 1,974 kg/m3 (0,1232 lb/ft3)

L’équation (1) montre que lorsque la charge de poussière en suspension dans l’air dépasse 75 µg/m3 (0,000033 grain/pi3), ce qui est souvent le cas dans des espaces occupés, le niveau de thiol généré par la fragmentation des protéines de kératine dépasse le seuil olfactif de 0,5 à 1,5 ppb. Il en résulte que même dans le cas d’un environnement relativement propre avec une charge de poussière aussi faible que 100 µg/m3 (0,000044 grain/pi3), les conséquences du processus de désinfection par UV produiront une concentration de 2 parties par milliard, ce qui est supérieur au niveau de seuil olfactif, laissant ainsi une odeur perceptible. Tracer un graphique de l’équation 1 et permettre à la charge de poussière d’aller jusqu’à 1 000 μg/m3 (0,00044 grain/ft3) montre que, sauf si la poussière ne contient pas beaucoup de peau morte ou de squames pileuses, la désinfection par UV d’une pièce laissera presque toujours derrière elle une concentration en thiol supérieure au seuil olfactif.

Figure 1. Concentration en thiol en ppb par rapport à la charge de poussière

Avec des charges acceptables de niveau de poussière en suspension dans l’air maximales de 10 000 μg/m3 (0,0044 grain/pi3) selon ASHRAE, la concentration en thiol pourrait atteindre 200 ppb après désinfection par UV. Selon l’Institut national américain pour la sécurité et la santé au travail7 (NIOSH), le niveau de danger pour la vie ou la santé de méthylmercaptan est de 150 ppm, soit 150 000 ppb. En outre, selon la CSST du Québec et selon OSHA8 (Administration de la sécurité et de la santé au travail), le niveau acceptable TLV-TWA (valeur limite pondérée – valeur pondérée dans le temps) pour une exposition de 8 heures est de 0,5 ppm, soit 500 ppb. Par conséquent, les niveaux potentiels de concentration en thiol générés par la désinfection par UV sont sans danger, même lorsque le niveau acceptable de poussière en suspension dans l’air est le plus élevé.

CONCLUSION

Étant donné que l’occupation humaine génère normalement des concentrations de poussière bien supérieures à 75 μg/m3 (0,000033 grain/pi3) et que cette poussière est principalement composée de peaux et de cheveux morts, eux-mêmes composés de molécules de kératine et de cystéine ; et que les photons UV-C à haute énergie peuvent décomposer ces molécules en molécules de thiol qui ont un seuil d’odeur très bas, cet article a révélé la cause fondamentale de l’odeur produite par la désinfection par UV9 des pièces. Étant donné que les concentrations potentielles de molécules de thiol qui en résultent sont négligeables par rapport aux limites d’exposition acceptables publiées, il est sans danger de pénétrer dans une pièce une fois la désinfection germicide par UV effectuée.

REMERCIEMENTS

Les auteurs sont reconnaissants au Dr. Wladyslaw Kowalski les données et la révision de l’article.

NOMENCLATURE

μg = microgramme

ppm = concentration volumétrique en parties par million

ppb = concentration volumétrique en parties par milliard

nm = nanomètre (10-9 m)

grain = lb/7000

Références

Spengler, Samet, McCarthhy, Indoor Air Quality Handbook. McGraw-Hill, 2001.

Fergusson,J.E.,Forbes,E.A.,Schroeder,R.J., The Elemental Composition and Sources of House Dust and Street Dust, Science of the Total Environment, Vol.50,pp.217-221, Elsevier, April 1986.

Pure Appl. Chem. 56 (5), 1984: 595–624, Nomenclature and symbolism for amino acids and peptides (IUPAC-IUB Recommendations 1983)”, doi:10.1351/pac198456050595.

C.R. Robbins, Chemical and Physical Behavior of Human Hair, DOI 10.1007/978-3-642-25611-0_2, # Springer-Verlag Berlin Heidelberg 2012.

UWaterloo, Bond Lengths and Energies. n.d. Web. 21 Nov 2010. http://www.science.uwaterloo.ca/~cch…20/bondel.html

EPA. Reference Guide to Odor Thresholds for Hazardous Air Pollutants Listed in the Clean Air Act Ammndments of 1990. EPA/600/R-92/047, March 1992.

Réduire les contaminants et l’éthylène dans les chambres froides

Réduire les contaminants et l’éthylène dans les chambres froides

La prolifération des moisissures et des bactéries dans les chambres froides ou les entrepôts peuvent avoir un impact direct sur la qualité des viandes, des poissons, des fruits et des légumes entreposés ou transformés. De plus, le dégagement d’éthylène peut réduire la conservation des fruits et légumes en favorisant l’accélération du mûrissement.

Les unités de désinfection des surfaces Multi-IL Coil Clean de Sanuvox installées face aux serpentins de refroidissement détruisent les micro-organismes, tels que les bactéries et les moisissures qui s’y développent tout en diminuant la concentration d’éthylène par oxydation de la molécule.

Grâce à ses systèmes de désinfection de l’air haut de gamme, Sanuvox propose la bonne solution quand l’objectif est d’augmenter le temps de conservation des fruits et légumes dans un environnement de chambre froide en réduisant les émissions d’éthylène et les bactéries.

LES ÉQUIPEMENTS UTILISÉS

Unités de désinfection Multi-IL Coil Clean installées en face des serpentins dans l’unité de réfrigération. Chaque unité comprend une lampe UV-C /UV-V. Le module contenant les ballasts utilise des témoins DEL indiquant le statut des lampes et quand les changer (tous les deux ans).

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT

L’unité désinfecte l’air de deux façons :
1. La section UV-C germicide des lampes détruit les contaminants biologiques, les moisissures et les bactéries, qui se développent sur les serpentins de climatisation et réduit donc leur distribution.
2. La section oxydante des lampes UV-V diminue l’éthylène libéré et ralentit donc le processus de maturation des fruits et des légumes.

 

RALENTIR LE PROCESSUS DE DÉCOMPOSITION AVEC LES UV-C
Le processus de décomposition affecte aussi les produits frais, causé en grande partie par des champignons parasitaires et des moisissures. Grâce à ses propriétés germicides, l’UV-C est très efficace pour éliminer la reproduction de ces bio-contaminants. L’UV-C détruit les spores, les moisissures et les champignons aéroportés, ralentissant ainsi la contamination d’un fruit à l’autre.

RALENTIR LE PROCESSUS DE MÛRISSEMENT AVEC LES UV-V
La photo-oxydation UV-V peut être utilisée pour détruire les composés chimiques qui déclenchent le mûrissement des fruits et légumes. L’UV-V oxyde et neutralise les molécules d’éthylène libérées par le mûrissement, retardant ainsi la diffusion du processus à l’ensemble des produits entreposés.

Les différents états d’une plante sont influencés par des hormones végétales. Un composé organique lié à la maturation est l’éthylène, un gaz produit par les plantes à partir d’un acide aminé, la méthionine. L’éthylène augmente le niveau intra-cellulaire de certains enzymes dans les fruits et légumes fraîchement récoltés, enzymes qui incluent :

L’amylase, qui hydrolyse l’amidon en le transformant en sucre simple.

La pectinase, qui hydrolyse la pectine, une substance qui conserve la fermeté aux fruits.

Il est donc possible de ralentir le processus de maturation en réduisant la concentration de gaz éthylène dans l’air avec la photo-oxydation UV-V. L’éthylène sera alors transformé en dioxyde de carbone et en eau.

LES INSTALLATIONS POSSIBLES

De nombreux bâtiments et établissements peuvent être équipés avec les systèmes IL-CoilClean, comme les chambres froides d’épiceries, les fruiteries, les entrepôts de conservation, les producteurs maraîchers, et les camions de transport réfrigéré.

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

Désinfecter les vestiaires et les toilettes

Désinfecter les vestiaires et les toilettes

Les odeurs que l’on retrouve dans les vestiaires sont en grande partie le résultat de la transpiration. La transpiration est au départ inodore. Ce sont les bactéries présentées à la surface de la peau, notamment sur les zones pileuses comme les aisselles ou enfermées comme les pieds, qui vont être responsables dans des effluves désagréables, lesquelles seront disséminées dans les serviettes, les équipements et autres matériaux absorbants.

Le Sanuvair® S300 de Sanuvox est la solution idéale pour réduire et éliminer les odeurs désagréables des vestiaires de moyenne dimension. Le processus breveté de Sanuvox purifie l’air en stérilisant les bactéries et les virus toute en oxydant les odeurs chimiques. Résultat : une différence qui sent !

Le préfiltre et le filtre HEPA capturent les particules jusqu’à 0,03 microns. Le processus breveté éradique les bio-contaminants, tels que les moisissures, les bactéries, les virus, les germes et les allergènes, et détruit les odeurs chimiques et biologiques.

ÉQUIPEMENTS UTILISÉS

Unité de ventilation autonome doté d’une soufflante et d’une lampe avec deux zones : une zone UV-C germicide, et une zone UV-V oxydante « modulable ». L’unité peut être aussi utilisée sur des conduits ronds de 8’’ flexibles ou rigides ou simplement accrochée au mur et dotée de grilles d’admission et de sortie.

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT

L’air vicié est aspiré d’un côté, purifiée devant la lampe UV germicide / UV oxydante, puis rejeté de l’autre côté. En recirculant l’air de la pièce en continu, on élimine la faune bactérienne aéroportée ainsi que les odeurs chimiques, améliorant ainsi la qualité d’air pour les occupants.

DIMENSIONNEMENT
Il faut prévoir de 4 à 6 changements d’air par heure.
• Une unité P900 avec une lampe UV-C/UV-V sera suffisante pour une salle de 1 200 pi3, soit approximativement 15’ x 10’ x 8’.
• Une unité Sanuvair® S300 avec une lampe UV-C/UV-V sera suffisante pour un local de 4 500 pi3, soit approximativement 25’ X 20’ X 10’.
• Une unité Sanuvair® S1000 avec une lampe UV-C/UV-V sera suffisante pour un local de 15 000 pi3, soit approximativement 50’ X 20’ X 15’.
L’unité comprend 2 entrées et 2 sorties d’air de 8 pouces Elle devra être fixée au mur, si possible à un endroit central. Sauf pour l’unité portable P900, les purificateurs peuvent être installés dans l’entre-plafond ou dans une pièce voisine et canalisée avec des tuyaux ronds de 8 pouces.

LES PARTICULARITÉS
Les unités de base comprennent une lampe en « J » de longueur différente, mais possédant toutes une section UV-V oxydante minimale. Pour des cas spéciaux où les odeurs sont plus concentrées, il est possible de doter les unités (sauf l’unité P900) de lampes ayant une plus grande section oxydante afin de « moduler » directement sur site la quantité d’oxydation requise.

LES INSTALLATIONS POSSIBLES

De nombreux bâtiments et établissements peuvent être équipés de ces unités de purification, tels que les chambres de sportifs (hockey, football), les centres de conditionnement physique, les salles de lavage, et les sous-sols.

Autres articles qui pourraient vous intéresser :