Est-ce qu’un purificateur d’air est bon pour les asthmatiques ?

Asthma Air Purifier

Selon Asthme Canada, l’asthme est la 3ème maladie chronique du pays, touchant plus de 3,8 millions de Canadiens. Bien qu’il n’existe actuellement aucun traitement définitif contre l’asthme, plusieurs mesures peuvent être prises dans le but d’en contrôler les effets et de prévenir les conséquences graves.

Apprenez-en davantage sur l’asthme et sur les effets positifs que peuvent avoir les purificateurs d’air sur les personnes asthmatiques.

Qu’est-ce que l’asthme ?

Les personnes atteintes d’asthme possèdent des voies respiratoires particulièrement sensibles qui ont tendance à réagir fortement lorsqu’elles sont irritées. Ainsi, les éternuements, les inflammations et le mucus vont provoquer un rétrécissement des voies respiratoires, rendant la respiration difficile.

Les symptômes sont souvent l’essoufflement, l’oppression thoracique, la respiration sifflante et la toux.

Enfin, les symptômes liés à l’asthme peuvent varier de légers et occasionnels, à des crises graves pouvant entrainer une hospitalisation, voire la mort.

Quelles sont les causes de l’asthme ?

Les facteurs déclencheurs de l’asthme vont souvent irriter les voies respiratoires des personnes atteintes. Ils varient d’une personne à l’autre et provoquent des crises qui peuvent aggraver les symptômes déjà présents.

L’asthme est souvent dû à une allergie. En effet, les personnes atteintes des deux découvrent généralement que les allergènes environnementaux déclenchent leurs symptômes. Ainsi, vous retrouverez, les squames d’animaux de compagnies, les acariens, la moisissure et le pollen comme facteurs courants.

La fumée de cigarette, la poussière, la pollution de l’air, les odeurs fortes, les infections virales et l’exercice le sont aussi. De fait, si vous souffrez d’asthme, il est important de connaître les déclencheurs pour prendre les mesures nécessaires pour les éviter ou atténuer vos symptômes.

Comment les purificateurs d’air aident-ils à lutter contre l’asthme ?

Les purificateurs d’air sont conçus pour éliminer les particules fines présentes dans l’air ambiant. Beaucoup d’entre eux sont équipés de filtres HEPA qui capturent même les particules les plus fines (0,3 micron). Les purificateurs d’air avec filtre HEPA peuvent ainsi filtrer un bon nombre de facteurs comme le pollen, les squames (pellicules), ou la poussière en nettoyant l’air et aident à atténuer les symptômes de l’asthme.

Il existe aussi des systèmes de purification d’air pour toute la maison, grâce aux technologies UV conçues pour détruire les micro-organismes contenus dans l’air comme les acariens, les spores de moisissure ou les virus.

Il ne fait pas de doute que les purificateurs d’air améliorent la qualité de l’air et que la réduction des facteurs de l’asthme est une étape importante dans le traitement de la maladie.

Enfin, les asthmatiques peuvent combiner le purificateur d’air à d’autres méthodes afin d’atténuer leurs symptômes.

Respirez sainement avec Sanuvox !

Pour les personnes asthmatiques, éviter les facteurs déclencheurs et gérer les symptômes liés à leur asthme est un défi quotidien. Heureusement, la technologie moderne nous offre de nombreuses solutions qui contribuent à une bonne stratégie d’atténuation.

Sanuvox est un leader mondial de purificateur d’air UV. Nos purificateurs résidentiels sont équipés d’une technologie UV exclusive qui détruit efficacement les contaminants et dégrade les produits chimiques et odeurs contenus dans l’air. Investissez dans votre santé et votre bien-être en nous contactant dès aujourd’hui.

L’air des hôpitaux est-il propre ? Qualité de l’air dans les hôpitaux 101

Hospital Air Quality

Nous avons tendance à considérer les hôpitaux comme des lieux de guérison, et non comme des endroits où il est possible d’attraper des maladies infectieuses. Pourtant, lors des pires vagues de la pandémie, de nombreuses personnes ont évité les salles d’urgence par crainte d’attraper le virus. Et la vérité est que les patients en milieu hospitalier ont été menacés par des maladies infectieuses bien avant l’arrivée du COVID-19.

À quel point est-il dangereux de simplement respirer l’air des hôpitaux ? Que peut-on faire pour éradiquer les agents pathogènes en suspension dans l’air qui circulent dans les hôpitaux et menacent la vie des patients ? Découvrez-le dans cet article !

Le potentiel d’infection dans les hôpitaux

Les êtres humains peuvent être infectés par des bactéries, des virus, des champignons et d’autres micro-organismes. Cette transmission se fait principalement par voie aérienne et par contact direct avec des personnes infectées. Elle peut se faire également via le contact avec des surfaces, des fluides ou des aliments contaminés.

Lorsque ces infections surviennent en milieu hospitalier, elles sont appelées infections nosocomiales. Les employés du secteur de la santé doivent nettoyer et purifier l’environnement des patients pour prévenir ces infections.

Au Canada, plus de 65 000 patients ont contracté des infections de COVID 19 alors qu’ils recevaient un traitement médical. Ce nombre a eu un impact significatif sur les services de soins, en partie à cause de l’émergence d’agents pathogènes de plus en plus résistants aux antibiotiques et nécessitant une attention médicale accrue de la part des travailleurs de la santé.

Sans mesures efficaces de lutte contre les infections, les agents pathogènes qui circulent dans les hôpitaux présentent des risques importants pour les patients et surtout ceux qui sont immunodéprimés. Nous le constatons chaque année avec l’augmentation de C. Difficile ou d’autres bactéries fortes.

Stratégies de lutte contre les infections

Diverses stratégies peuvent être utilisées pour contrôler le taux d’infection dans les établissements de santé, certaines se concentrant sur le contact avec les personnes et les surfaces, d’autres sur l’atténuation de la transmission par voie aérienne.

Hygiène des mains

L’hygiène des mains est d’une importance vitale, tant pour le personnel de santé que pour les visiteurs. Une amélioration de l’hygiène des mains de seulement 20 % réduit le taux d’infections. Les mains doivent être lavées fréquemment avec du savon et de l’eau chaude pendant au moins 20 secondes. Un désinfectant pour les mains à base d’alcool peut également être utilisé (contenant au moins 60% d’alcool).

Désinfection des surfaces

De nombreuses infections peuvent être transmises par contact avec des surfaces contaminées. Il est important que les équipements et surfaces médicaux soient désinfectés peu de temps après chaque utilisation afin d’éviter toute transmission. En plus des méthodes de nettoyage traditionnelles, la technologie UV, comme les produits Sanuvox, peut être utilisée pour la désinfection des surfaces.

Lutte contre les infections environnementales

Il existe quatre types de contrôle environnemental des infections qui peuvent être mis en œuvre dans les hôpitaux pour atténuer la transmission par voie aérienne.

  • La dilution consiste à introduire de l’air frais de l’extérieur pour diluer l’air contaminé. Malheureusement, il est souvent peu pratique de remplacer continuellement tout l’air contaminé par de l’air extérieur en raison du coût de son conditionnement. Donc, bien que cette pratique puisse être utile, elle ne suffit pas à elle seule. Les coûts d’exploitation liés au nombre de renouvellements d’air par heure doivent être pris en compte. À l’usage, ces coûts peuvent devenir exorbitants, surtout en période de grand froid.
  • La filtration consiste à installer des filtres à air pour piéger les micro-organismes. Bien que la filtration de l’air ait été largement adoptée par les établissements médicaux, des études ont montré qu’elle était insuffisante pour lutter contre les agents pathogènes présents dans l’air. Les filtres à air ont du mal à piéger certaines tailles de particules, ce qui signifie que de nombreux microbes peuvent encore passer au travers.
  • La pressurisation consiste à utiliser la pression de l’air pour créer des espaces autonomes afin de se protéger contre la contamination croisée d’un espace à l’autre.
  • Malheureusement, cette méthode est difficile à contrôler. Des perturbations aussi simples que l’ouverture fréquente des portes peuvent considérablement diminuer son efficacité.
  • La désinfection consiste à utiliser des équipements qui neutralisent les agents pathogènes présents dans l’air. Les purificateurs d’air de qualité médicale dotés de la technologie UV sont parfaitement adaptés à cet effet.

 Les avantages de la technologie UV-C comme stratégie de désinfection

La technologie UV utilise une longueur d’onde particulière de la lumière ultraviolette pour désactiver et détruire les micro-organismes de toutes sortes, les rendant ainsi inoffensifs. La science n’a encore trouvé aucun micro-organisme capable de résister aux effets destructeurs de la longueur d’onde germicide de 254 nm émise par les lampes UV-C.

Les UV-C sont une méthode de désinfection éprouvée, utilisée depuis plus de 70 ans pour la stérilisation des équipements médicaux et de l’air dans les hôpitaux. Cependant, depuis les années 1950, le système médical est devenu de plus en plus dépendant des antibiotiques et a donc sous-utilisé la technologie UV-C préventive. Aujourd’hui, avec l’apparition croissante de « superbactéries » résistantes aux antibiotiques, les établissements de soins de santé seraient bien avisés de recourir à la désinfection par UV-C.

Il existe deux applications de la technologie UV-C contre les agents infectieux en suspension dans l’air : les unités de désinfection dans les chambres et les systèmes CVC dans les conduits de ventilation. Les unités de désinfection en chambre interrompent la transmission par voie aérienne dans les chambres des patients, les salles d’attente, les couloirs, les cages d’escalier, etc. Ils utilisent un ventilateur et une source UV-C intense dissimulée pour intercepter et désactiver les agents pathogènes à la source, tel qu’ils sont générés par les humains. La désinfection UV-C des conduits de CVC empêche les microbes de proliférer et de se propager dans le système de CVC, qui leur fournirait autrement un vecteur de propagation idéal.

Respirez un air pur avec Sanuvox

À moins d’être correctement stérilisé, l’air des hôpitaux n’est pas propre. En fait, il peut contenir divers agents pathogènes susceptibles de provoquer des infections et de menacer la vie des patients. Il est d’une importance vitale pour les établissements de soins de santé d’utiliser les méthodes appropriées de contrôle des infections environnementales pour assainir l’air et réduire le risque de transmission par voie aérienne.

Sanuvox est le leader nord-américain des systèmes médicaux de désinfection par UV. Nos purificateurs d’air UV à haut rendement désactivent et détruisent les agents pathogènes aéroportés, et nos unités de désinfection UV des surfaces stérilisent efficacement les chambres et l’équipement médical. Achetez dès aujourd’hui dans notre magasin des solutions de désinfection de premier ordre qui réduiront l’incidence et amélioreront la santé et la sécurité de tous dans votre établissement.

Utilisation de la technologie UVC de Sanuvox afin de réduire le risque de propagation du virus SARS-CoV-2

Utilisation de la technologie UVC de Sanuvox afin de réduire le risque de propagation du virus SARS-CoV-2

  • Il est reconnu que le rayonnement UVC (longueur d’onde 254 nm) possède des propriétés germicides. L’irradiation par UVC dénature les acides nucléiques (ADN/ARN), ce qui empêche la reproduction de pathogènes biologiques (moisissures, virus, bactéries).1, 2
  • Une étude effectuée par l’Agence de protection de l’environnement (EPA) et du département de la sécurité intérieure des États-Unis (Homeland Security) a démontré qu’une unité Sanuvox installée dans un conduit de ventilation pouvait inactiver jusqu’à 99,97% des bactéries et virus testés. Les bactéries et virus à l’étude (B.atrophaeus, S.marescens, MS2), sont connus pour être plus résistants à l’UVC que le virus SARS-CoV-2. 4, 5
  • Plusieurs agences de santé et organismes d’ingénierie (ASHRAE, REHVA, CDC) reconnaissent maintenant le rôle important de la transmission par aérosol du SARS-CoV-2, le virus responsable de la COVID-19. Ces agences et organismes recommandent aussi l’utilisation d’UVC germicide (UVGI) comme moyen efficace de réduire le risque de propagation du virus à l’intérieur. 6, 7, 8, 9
  • Puisque les unités Sanuvox sont sélectionnées en fonction des paramètres des systèmes de ventilation (CVAC), la puissance adéquate du rayonnement UV peut être calculée par le logiciel de dimensionnement de Sanuvox. Les unités BioWall peuvent donc atteindre la désinfection recommandée de 99% en une seule passe, et ce sans limitation de la vélocité de l’air.

 

Tous les liens sont en anglais.

1 https://www.fda.gov/medical-devices/coronavirus-covid-19-and-medical-devices/uv-lights-and-lamps-ultraviolet-c-radiation-disinfection-and-coronavirus

2 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2789813/

3 https://cfpub.epa.gov/si/si_public_record_report.cfm?Lab=NHSRC&address=nhsrc/&dirEntryId=154947

4 https://www.springer.com/gp/book/9783642019982

https://www.researchgate.net/publication/339887436_2020_COVID-19_Coronavirus_Ultraviolet_Susceptibility

https://www.ashrae.org/about/news/2021/ashrae-epidemic-task-force-releases-updated-airborne-transmission-guidance

7 https://www.cdc.gov/coronavirus/2019-ncov/science/science-briefs/scientific-brief-sars-cov-2.html

https://www.rehva.eu/fileadmin/user_upload/REHVA_COVID-19_guidance_document_V4_09122020.pdf

9 https://www.ashrae.org/technical-resources/filtration-disinfection

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

Reportage de El Periódico sur une nouvelle méthode de désinfection (article en espagnol)

Reportage de El Periódico sur une nouvelle méthode de désinfection (article en espagnol)

Utilizando la combinación de la luz UV, la nebulización o microdifusión molecular, la pulverización y la aplicación directa para la eliminación del SARS-Cov-2.

ASEPT2X_Modible_UV_Sterilizer-app-05-resized

Equipos UV EULEN Limpieza Hospitalaria. / EPDA

EULEN Limpieza, actividad del Grupo EULEN, líder en nuestro país en el diseño de servicios a empresas y siguiendo con su objetivo de ofrecer a la sociedad servicios innovadores que aportan soluciones útiles, de calidad y sostenibles, ha concluido -tras multitud de ensayos realizados por su departamento Técnico de higienistas exclusivo para el entorno Hospitalario y de un equipo de I+D+I- que la mejor técnica para eliminar virus, bacterias, hongos y agentes contaminantes orgánicos similares en entornos sanitarios es una combinación de diferentes técnicas aisladas.

La efectividad que cada una de ellas tiene en diferentes aspectos, hace que dicha combinación de técnicas específicas como laluz UV, la nebulización o microdifusión molecular, la pulverización y la aplicación directa sea la técnica definitiva en la limpieza hospitalaria frente al SARS-Cov-2.

Tecnología puntera

Actualmente la compañía dispone de los equipos más avanzados a nivel mundial y que otorgan una máxima seguridad de utilización tanto para los operarios que los manejan como para cualquier usuario del espacio tratado, especialmente en el ámbito hospitalario.

Destacan las unidades del equipo Asept.2x de Sanuvox Technologies, empresa canadiense líder de su sector. Este dispositivo puntero en desinfección por luz ultravioleta se utiliza tanto en quirófanos como en habitaciones. La luz UVC y la luz UVV del equipo tienen la misma longitud de onda que la producida por el Sol y ataca a los microorganismos a nivel molecular, desactivando y destruyendo los contaminantes, así como degradando los agentes químicos y olores. A diferencia de las lámparas convencionales, los sistemas de purificación UV que utiliza EULEN Limpieza usan un proceso patentado diseñado para entregar la máxima cantidad de luz UV.

Para complementar el sistema de desinfección por UV, la compañía emplea la última tecnología en nebulización y pulverización de generación de niebla nano y micrométricacon dinámica inductiva. Es la misma tecnología que en la actualidad está siendo usado también por las Unidades Tecnológicas de Cuerpos de Seguridad del Estado en la lucha contra el Sars-COV-2. Dotado con la última tecnología de desinfección mediante chorro regulable que permite desinfectar las estancias en un corto tiempo, minimiza tanto el desinfectante utilizado como los residuos y posibles daños a personas e infraestructuras. Asimismo, permite tratar grandes áreas en cortos periodos de tiempo, accediendo a todas las superficies y zonas de difícil acceso, realizando el perfecto mojado de todas las superficies a desinfectar.

Por último, de acuerdo a su política de utilización de los mejores biocidas del mercado, desarrollados por las empresas líderes, junto a los profesionales formados y acreditados acorde con la normativa establecida por el Ministerio de Sanidad en cuanto a la aplicación de Biocidas,se selecciona en cada momento el más conveniente para aplicar por el método óptimo en función de las necesidades. Por ello, es importante distinguir entre los de un espectro más específico de los de amplio espectro.

En definitiva, la combinación de todas estas técnicas y tecnología se convierten en la mejor solución frente a la COVID-19 en espacios hospitalarios y aseguran un resultado óptimo en desinfección en el menor tiempo posible.

En la actualidad, numerosos hospitales de la Generalitat Valenciana y otros de referencia en la geografía española confían en las soluciones de EULEN Limpieza cuya estructura y forma de trabajo propia asegura el mejor resultado en un entorno como el sanitario.

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

Reportage de El Mundo sur l’ASEPT.2X en Espagne (article en espagnol)

Reportage de El Mundo sur L'ASEPT.2X en Espagne (article en espagnol)

De Héctor Atienza

La Clínica Universidad de Navarra emplea un máquina pionera en España que desinfecta de COVID-19 las habitaciones del hospital en poco más de cinco minutos con rayos UV. Estos modelos se fabrican en Canadá y cada equipo cuesta hasta 160.000 euros.

Dos máquinas UVR desinfectando un quirófano en la Clínica Universidad de Navarra.

La lucha contra el Covid-19 también se pelea estos días al milímetro en cada rincón de los centros hospitalarios por los equipos de limpieza. El coronavirus ha demostrado tener una alta capacidad de transmisión y fácil apego a todo tipo de materiales de forma invisible. Su resistencia complica las labores de desinfección de las salas en plena crisis sanitaria.

Una de las técnicas más innovadoras en esta particular batalla contra el virus son las lámparas germicidas de irradiación ultravioleta (UVGI). Con esta tecnología tanto las estancias de los hospitales como los quirófanos quedan libres del bicho tras su paso en un corto periodo de tiempo.

“Son muy efectivas porque destruyen tanto el ADN como el ARN, donde está la programación genética de los virus y las bacterias. Una destrucción total en poco tiempo que permite el acceso casi inmediato a las estancias”, destaca el doctor de la Clínica Universidad de Navarra, Francisco Guillén Grima, cuyos centros en Madrid y Pamplona aplican esta técnica pionera de trabajo.

Se trata de una tecnología relativamente novedosa en España. Con las técnicas tradicionales de esterilización de espacios, como el peróxedo de hidrógeno y las botellas de gas o vapor, los pacientes deben esperar entre una y tres horas para poder acceder a la habitación. Mientras que los equipos ASEPT-2x UV permiten su entrada en poco más de 10 minutos después de la salida del último paciente.

El médico Guillén Grima posando junto a un modelo ASEPT-2X UV.

“Las recibimos hace justo ahora dos años. La primera vez que las utilizamos fue porque se había intervenido quirúrjicamente a un paciente infeccioso, pero el quirófano se necesitaba urgente para un transplante cardiaco. En estos casos, te avisan cuando hay una posible donación y se debe actuar de inmediato. Metimos las dos torres y en 20 minutos el quirófano estaba operativo“, añade Guillén Grima que también fue uno de los 70 científicos que firmaron el manifiesto enviado en marzo a Pedro Sánchez solcitando el confinamiento de la población.

Fabricados por la firma canandiense Sanuvox, los equipos tienen una altura de 1,60 metros y poco más de 71 centímetros de ancho. Con apenas 45 kilos de peso, su transporte se realiza de forma sencilla con sus ruedas guía por todas las dependencias del hospital.

El único inconveniente que pueden tener estos equipos son las zonas de sombra que genera la lámpara UV cuando actúa. Para contrarrestar este hándicap, el personal técnico sitúa la máquina en varios puntos de las habitaciones evitando así cualquier recoveco con virus.

“Uno de los equipos se compone de dos torres que trabajan simultáneamente y cada lámpara se activa cinco minutos. Pero ahora con el tema de coronavirus hemos subido a seis minutos para asegurar la desinfección como un margen de seguridad total. Con la crisis del coronavirus también hemos alquilado cuatro torres más porque no dábamos a basto“, añade el especialista.

Son equipos caros. Según ha podido confirmar EL MUNDO, cuestan entre 60.000 y 140.000 euros, en función de las características del modelo. Algunos fabricantes ya ofrecen versiones que se mueven de forma autónoma por las instalaciones hospitalarias. Sin embargo, la clave del equipo está en el software que registra la máquina vía Wifi en el servidor del hospital. Pueden ofrecer diferentes soluciones tanto de servicios como de control de salud.

“Al quemar el polvo, también se produce cierto olor que se va enseguida. Si quieres que no huela a ozono, hay modelos que llevan unos filtros, pero la máquina cuesta más cara”, destaca el doctor Guillén Grima.

Estos equipos, que en España son distribuidos por la empresa tecnológica Alfatec Sistemas, también están presentes en los centros de la Fundación Jiménez Díaz en Madrid, del grupo QuirónSalud, y en la empresa de servicios generales Eulen.

LÁMPARA PARA UTENSILLOS

La técnica de desinfección ultravioleta, con una lámpara de pequeñas dimensiones, también se utiliza en los hospitales para limpiar de gérmenes en equipos de uso habitual entre pacientes y en parte del material médico. Sin embargo, este equipo también hace una especial labor desesterilizando los mandos a distancia de las televisiones.

“Es un equipo que se toca mucho por pacientes y acompañantes. Nosotros ahora los metemos en la máquina y salen dentro de una bolsa precintada. También los usamos con los termómetros, endoscopios… Es una técnica nueva que tendrá mucho futuro en España”, añade el médico.

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

Efficacités des purificateurs d’air aux UV de Sanuvox contre les virus

Efficacités des purificateurs d'air aux UV de Sanuvox contre les virus

La société Sanuvox, un chef de file nord-américain depuis 25 ans en désinfection de l’air et des surfaces, tient à mettre en garde les personnes tentées d’acheter des purificateurs d’air ou d’autres appareils contre d’éventuelles allégations qui pourraient s’avérer trompeuses.

Les purificateurs d’air UV installés dans le système d’aération (CVAC) procurant une dose germicide suffisante pour le flux d’air, détruiront les virus en suspension dans l’air, mais ne peuvent à eux seuls prémunir une personne contre une éventuelle infection virale.

Les purificateurs d’air installés à l’intérieur du système CVAC ne peuvent en aucune façon désinfecter les surfaces fréquemment touchées, telles que les poignées de porte et les interrupteurs, qui sont des voies de transmission courantes des maladies. Donc, les bonnes pratiques concernant l’hygiène et le lavage fréquent des mains continuent d’être le moyen le plus sûr de se protéger contre les contaminants en suspension dans l’air pouvant se déposer sur des surfaces ; ceux-ci pouvant aussi être introduits par d’autres occupants et ensuite dispersés par le système d’aération dans la maison.

En d’autres termes, un bon purificateur d’air UV peut réduire la possibilité de propagation des contaminants à travers le système CVAC, mais il n’élimine pas la nécessité de pratiques d’hygiène éprouvées.

Étant donné que la sensibilité aux UV germicides de tout micro-organisme est déterminée par sa séquence génomique, la dose d’UV germicide requise pour tuer le CoVid-19 est pratiquement la même que pour le SRAS-CoV (2003) avec une variance inférieure à 1,6%.

Pour plus d’informations techniques concernant le Covid-19, veuillez visiter https://bit.ly/38t12Mo (site web en anglais).

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

Stériliser les surfaces par les UV : l’exemple du virus Ebola

Stériliser les surfaces par les UV : l’exemple du virus Ebola

Après le premier cas d’un patient atteint du virus Ebola (EVD) aux États-Unis et ceux de professionnels de santé, Sanuvox Technologies a reçu de nombreuses demandes relatives à l’efficacité de la stérilisation des surfaces par les UV contre ce virus, particulièrement dans les chambres des patients, les salles d’opération ou toutes autres espaces où la stérilisation de surface serait nécessaire.

Le système de stérilisation aux UV ASEPT.2X de Savuvox utilise deux tours interconnectées pour livrer une dose exceptionnellement puissante d’UV-C capable d’éliminer en un seul traitement le plus résistant des virus ou des bactéries. Testé en laboratoire, le système s’avère très efficace pour stériliser à l’aide les UV-C les surfaces fréquemment contaminées par de micro-organismes résistants, tels que SARM, ERV et C.difficile et ce jusqu’à 99.9999%. Le cycle d’opération ne dure que 5 minutes dans une chambre standard.

Quoique jamais testé directement contre le virus Ebola, le système Sanuvox a été démontré contre de nombreux autres pathogènes qui demandent une dose de stérilisation UV beaucoup plus grande que la dose UV-C relativement faible que requiert l’élimination du virus Ebola.

La stérilisation aux UV-C (254nm) est utilisée depuis des décennies dans les hôpitaux, ainsi que dans le traitement des eaux municipales. Plus récemment, des unités UV mobiles ont été utilisées en fin de cycle de nettoyage pour stériliser les chambres de patients. Néanmoins, ce que l’UV « n’éclaire » pas constitue une des limitations de cette technologie de stérilisation. Aussi, les zones d’ombres non soumises au rayonnement restent contaminées. Ceci peut inclure des zones hautement exposées, telles que les côtés du lit amovible ou les barrières, les tables, les télécommandes ou les boutons d’alarme. C’est pourquoi les systèmes conventionnels de stérilisation aux UV ne comportant qu’une seule unité doivent être repositionnés plusieurs fois dans une même chambre, afin d’exposer toutes les surfaces au rayonnement. Ce faisant, on augmente considérablement la durée du traitement et le temps des ressources affectées à déplacer l’équipement et à préparer la chambre pour les expositions successives.

Le système aux UV ASEPT.2X a été testé avec succès par les laboratoires ATS au Minnesota (États-Unis) et a démontré un taux de stérilisation de 99,9999% sur le SRAM, ERV et C.difficile en moins de 5 minutes. La commercialisation de ce système mobile comporte plusieurs exclusivités : un total de 8 détecteurs de mouvement aux infrarouges opérant sur 360 degrés sur chacune des unités, protégeant ainsi instantanément quiconque s’introduirait dans la chambre pendant le cycle de stérilisation ; une communication WIFI sécurisée entre les deux unités, offrant supervision et contrôle à distance à l’aide d’une tablette ou d’un téléphone intelligent ayant ces capacités de connexion.

Selon le Dr. Normand Brais Ph.D. et vice-président de Sanuvox Technologies, « l’énergie UV-C germicide est très efficace pour désactiver les pathogènes lorsqu’on fournit la dose appropriée. Le système ASEPT.2X est donc conçu pour produire en un seul cycle une très forte dose d’énergie ultraviolette dans une zone inoccupée procurant en quelques minutes une stérilisation qui atteint les 6 logs ».

Autres articles qui pourraient vous intéresser :